6e Rencontre poétique amazighe d’AKBOU : grand hommage à Nour Ould Amara

Elwatan; le Dimanche 30 Decembre 2012
73227


L’association Etoile culturelle d’Akbou (ECA) a organisé du 26 au 29 décembre 2012, en partenariat avec la Direction de la culture de Béjaïa et Brtv, la 6e édition de la rencontre poétique amazighe de la Soummam à la maison de jeunes A/Rahmane Farès.
Placée sous le thème «la poésie engagée au service de l’identité berbère»,  cette nouvelle édition est dédiée au défunt militant de l’amazighité Nour Ould Amara. Natif de Aïn El Hammam (w. Tizi-Ouzou), cet infatigable animateur du mouvement associatif, militant du MCB, du RCD et du Congrès mondial amazigh, est un enseignant de Tamazight et l’animateur des émissions Timsirin N’Tmazight, Timlilit d unazur et Tutlayt-iw sur Brtv. Il décède le 20 septembre 2011 à l’âge de 43 ans des suites d’une longue maladie qu’il aura réussi à cacher à ses proches et ses amis pendant sept ans.

La veuve et les compagnons du disparu ont volontiers répondu présents à la cérémonie d’ouverture de cette manifestation culturelle et n’ont pas manqué de lui rendre un vibrant hommage en apportant des témoignages poignants sur l’homme, le militant, l’enseignant et l’animateur.Pour rappeler à ceux qui lui sont fidèles sur la chaîne satellitaire berbère et le faire connaître aux autres, un documentaire consacré à ses différentes apparitions sur le petit écran a été projeté dans la salle garnie d’un nombreux public attentif. En parallèle aux concours poétiques, des conférences-débat, une chorale et une représentation théâtrale ont été programmées.

Les communications intitulées «l’identité dans la poésie kabyle» et «la poésie engagée au service de l’identité amazighe» ont été animées respectivement par MM. Larbi Yahioune, Master 2 en langue Tamazight, et Djamel Arezki, auteur et chercheur en langue Tamazight. La chorale Tudert N’Fethoune s’est produite lors de la cérémonie d’ouverture alors que la troupe théâtrale du TR Béjaïa a joué Tametut-nni
d’Omar Fetmouche, vendredi après-midi. Une soixantaine d’aèdes de sept wilayas (Bouira, Batna, Bordj Bou Areridj, Boumerdès, Setif, Tizi-Ouzou et Béjaïa) ont participé à ce rendez-vous poétique annuel. Les animateurs de l’ECA n’ont pas oublié, à l’occasion, leurs compagnons disparus, Madjid Benaoudia et Saïd Maraoui en l’occurrence, en déposant une gerbe de fleurs sur leurs tombes respectives.

Categorie(s): bejaia

Auteur(s): Hocine Aït Djoudi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..