Application de la nouvelle loi sur le foncier agricole : Plus de 70 000 exploitants inscrits

Elwatan; le Lundi 27 Decembre 2010
54682


Selon le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa, qui s’exprimait hier sur les ondes de la radio Chaîne III, la nouvelle loi «exclut tous ceux ayant bafoué la loi de 1987 ou ceux ayant occupé ces terres illégalement, dont quelque 11 900 dossiers sont en justice».
Selon les statistiques du ministère, les terres agricoles du domaine privé de l’Etat occupent une superficie de 2,8 millions d’hectares, soit 35% de la surface agricole utile.

Plus de 2,5 millions d’hectares ont été attribués à plus de 218 000 producteurs organisés en 96 629 exploitations agricoles collectives et individuelles (EAC et EAI). Concernant la filière lait, le ministre a fait savoir que 69 laiteries, sur les 111 ayant été retenues dans le cadre du nouveau dispositif de production de lait pasteurisé conditionné LPC (lait en sachet), se sont engagées à faire la collecte du lait cru. Les 42 unités restantes ont un moratoire jusqu’à fin septembre 2011 pour intégrer ce dispositif de développement de la production nationale, entre-temps, elles bénéficieront de la poudre de lait subventionnée, «mais pas dans la même proportion» habituelle. Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé en septembre dernier permettant aux différentes laiteries d’intégrer le nouveau dispositif proposé par les pouvoirs publics pour le développement de la production locale. Au total, 139 laiteries ont retiré les cahiers des charges, mais seulement 118 ont déposé leur candidature, a indiqué le ministre. Les 111 laiteries retenues vont conclure des partenariats avec l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL) concernant l’approvisionnement en poudre de lait et la production de lait en sachet. Selon les chiffres avancés par le ministre, en 2009 les Algériens «ont consommé 5 milliards de litres équivalent en lait, dont 4 milliards de litres sous forme de lait et 1 milliard sous forme de produits laitiers».


Par ailleurs, M. Benaïssa a fait savoir, lors de son intervention à la radio, que la SGP   productions animales (Proda) était en train de négocier avec certains clients pour exporter la pomme de terre dans les prochaines semaines.
Comme il a souligné la baisse de la facture des importations alimentaires de l’Algérie qui s’établira entre 5 et 5,2 milliards de dollars en 2010 contre 5,4 milliards en 2009. La facture alimentaire de l’Algérie «tournera autour des 5 et 5,2 milliards de dollars cette année au lieu de 5,4 milliards en 2009, alors qu’elle était de près de 8 milliards en 2008», a-t-il dit, précisant que cette régression est due notamment à la baisse des importations des céréales depuis 2009. «Il y a eu une baisse parce que nous n’avons pas importé de blé dur depuis avril 2009 jusqu’à aujourd’hui», a-t-il expliqué. Néanmoins, l’Algérie est appelée à faire des appoints, a indiqué le ministre.
L’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), qui est le principal importateur public, devrait importer pour 700 millions à 800 millions de dollars cette année, en plus des importations des opérateurs privés, selon le ministre. Le montant total des importations des céréales devrait atteindre 1,5 milliard de dollars cette année.
 

Categorie(s): economie

Auteur(s): Zhor Hadjam

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..