Bekouche Omar. Secrétaire général de l’Association des figuiculteurs de Beni Maouche : La figuiculture est une activité très rentable

Elwatan; le Vendredi 27 Octobre 2017
142712


- Vous êtes à la 15e édition de la fête de la figue. Qu’y a-t-il  de nouveau par rapport aux éditions précédentes ?

C’est la première fois que nous enregistrons la participation d’organismes publics, tels que les banques, les compagnies d’assurances, Algex... On a enregistré la participation de producteurs venus de 30 communes reparties sur 8 wilayas.

- La figue de Beni Maouche a été labélisée l’année dernière. Qu’est-ce qui a changé depuis ?

Oui, la figue de Beni Maouche a été labélisée officiellement par arrêté du ministère de l’Agriculture le 22 septembre 2016. Le label a apporté une valeur ajoutée pour les producteurs, à travers une augmentation du prix de notre produit. Cela en plus de la protection du nom «la figue de Beni Maouche». La zone IG (Indication géographique) de notre label couvre 21 communes, dont 11 relèvent de la wilaya de Béjaïa et les 10 autres de la wilaya de Sétif.

- A combien estimez-vous la production de la figue sèche dans la région durant cette saison ?

Au niveau de la commune de Beni Maouche, nous avons enregistré une production de plus de 16 000 quintaux.

- Les prix sont-ils abordables pour le consommateur ?

La plupart des consommateurs ne savent pas que la figue sèche est répartie en quatre catégories. Il y a la supra, l’extra, la standard et, enfin, la marchande. Pour la supra, les prix vont de 600 à 800 DA le kilogramme. Les prix sont inférieurs pour les autres catégories.

- Avez-vous réalisé des opérations d’exportation vers des pays étrangers ?

Les producteurs ont les capacités pour exporter. Mais nous devons, au préalable, effectuer d’autres démarches administratives. Il y a des producteurs qui ont réalisé des opérations d’exportation temporaires, dans un cadre informel. Pour l’instant, nous participons à des Salons internationaux, dont le Salon de Marseille en France, pour promouvoir notre produit. Nous avons plus de 3000 producteurs. Il y a une grande volonté de développer la production pour couvrir le marché local et dégager un excédent pour l’exportation.

Cela est possible, car nous assistons à l’émergence d’une nouvelle génération de producteurs. Les jeunes engagés dans le métier de la figuiculture sont de plus en plus nombreux. D’ici trois années, la superficie réservée aux figuiers sera triplée. Nous avons actuellement au niveau de la commune de Beni Maouche 1005 hectares plantés de figuiers. D’ici trois ans, nous pourrons atteindre facilement 3000 hectares.

- La figuiculture est donc une activité rentable ?

C’est une activité très rentable. Je suis fonctionnaire, mais mon activité en tant que figuiculteur me permet de gagner nettement plus que mon salaire.

- Certains producteurs se plaignent du manque de sociétés spécialisées dans le packaging, pour assurer à votre produit une meilleure présentation…

C’est vrai, les producteurs rencontrent des difficultés en ce qui concerne le packaging. Mais nous pourrions surmonter ce problème, cette 15e édition de la fête de la figue est sponsorisée par la société Général Emballage qui en principe devra nous aider à améliorer notre packaging.

Categorie(s): economie

Auteur(s): Farouk Djouadi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..