Des jeux et de la violence

Elwatan; le Dimanche 21 Aout 2016
1


Après les incidents entre supporters qui ont émaillé la rencontre avancée au stade de Bologhine dans le cadre de première de journée de Ligue 1, beaucoup appréhendent le déroulement de la saison dans les stades, surtout après la décision de la police de n’en assurer la sécurité qu’à l’extérieur. Et ce, en dépit de l’annonce faite à la veille d’un autre «match choc», à Tizi Ouzou, où les dirigeants du club local se sont voulus rassurants en annonçant de grands renforts de «stadiers», ces agents auxquels est dévolue désormais la charge d’assurer la sécurité à l’intérieur des enceintes sportives.

Mais cela suffira-t-il à faire de ces lieux des espaces de saines compétitions et les gradins des endroits d’où n’importe qui, jeune, vieux, homme ou femme, peut les suivre en toute sécurité et surtout dans de bonnes conditions ? Comme on peut le voir en ce moment avec envie à l’occasion de la retransmission des Jeux de Rio. Car il y a une réalité qu’il faut admettre : outre leur nombre insuffisant, la plupart de nos structures sportives sont dans un état de délabrement tel qu’elles représentent un danger permanent pour les spectateurs qui ont le courage de s’y aventurer. Le plus souvent dépourvues des commodités les plus élémentaires pour l’accueil du public, elles sont devenues des lieux à haut risque où les gens s’entassent comme ils peuvent, au péril parfois de leur vie.

On est encore loin des promesses faites par les responsables des sports qui se sont succédé depuis des années sur l’installation des caméras à l’intérieur et aux alentours des stades et d’autres équipements de surveillance. Certes, ceux-ci sont nécessaires, mais à quoi bon quand on est mal assis ou que l’on est à la merci d’un quelconque jet de projectile venant de supporters mécontents ? Apparemment, le décès sur le terrain, à la fin d’une rencontre, d’un joueur victime d'un «aficionado» en colère n’a pas suffi à sensibiliser, non seulement le public, mais aussi les responsables des sports en général et du «roi» d’entre eux, le foot, et ce, à tous les niveaux pour qu’enfin les choses changent. Les mentalités aussi, à partir du club local jusqu’aux fédérations, ligues et autre ministère. On aura beau dire que la discipline dans les gradins entre supporters n’est pas une affaire de police, il n’en demeure pas moins que le laxisme en matière de respect d’autrui et d’intégrité physique de chacun est l’affaire de tous, y compris des agents chargés de la sécurité. Beaucoup, hélas, ne jouent pas le jeu, pour ainsi dire. A commencer par certains dirigeants de club qui s’inscrivent beaucoup plus dans une logique «guerrière» de gagne par tous les moyens, y compris par les plus réprouvés, plutôt que celle qui veut que le «meilleur gagne» d’abord et du fair-play ensuite. Commençons par construire des stades dignes de ce nom en remplacement des cirques antiques qui abritent les matchs de foot et instaurer un véritable esprit sportif qui manque tant, aussi bien dans les clubs que parmi les supporters, et les choses évolueront dans le bon sens.
 

Categorie(s): edito

Auteur(s): Reda Bekkat

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..