«Il y a une restriction des droits politiques féminins»

Elwatan; le Vendredi 30 Decembre 2011
1


La loi organique portant sur les droits politiques des femmes, proposée dans le cadre du système des quotas instauré par le président de la République, qui propose 30% de représentativité féminine au sein des assemblées locales et nationale, a fait, hier, à Constantine, à la salle les Platanes, l’objet d’une conférence-débat. La rencontre a été initiée par l’association Nour, sous la bannière de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme. La présidente de l’association Nour, Me Fatiha Baghdadi, fera une lecture critique de cet amendement émanant de la loi 31 bis de la Constitution garantissant les droits politiques et socioéconomiques de la femme. Selon elle, un amendement sans texte exécutif ne vaut rien. Pour les femmes cadres présentes à la conférence, le principe même des 30% est discriminatoire, puisqu’il concerne seulement les femmes.

«Seules doivent prévaloir la compétence et l’égalité des chances entre les deux sexes», ajoute une élue, chargée des affaires sociales à l’APC. Cette dernière dénonce en outre toutes les brimades qu’elle a dû subir de la part de beaucoup de collègues hommes, «à la mentalité rétrograde», qui pensent que la femme n’a aucun rôle politique à jouer. Une ancienne moudjahida rappellera tous les sacrifices consentis par les femmes et leurs actions durant la Révolution. «Aujourd’hui, assure-t-elle, les femmes doivent continuer à jouer un rôle prépondérant dans la société ; rien ne peut se faire sans elles, si on veut que le pays émerge.»
 

Categorie(s): 7 jours

Auteur(s): Farida Hamadou

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..