Ils ont subi un traitement dégradant, selon MSF, Réagissez

Elwatan; le Lundi 18 Juin 2018
148182


«Même si l'Italie a raison quand elle fait valoir que les gouvernements européens ne prennent pas leur part dans la prise en charge des réfugiés, rien ne justifie le traitement dégradant infligé aux passagers de l'Aquarius», a déclaré Karline Kleijer, coordinatrice d'urgence pour MSF, citée dans un communiqué de l'organisation.

La coordinatrice d'urgence pour MSF s’est dite en outre indignée par le fait que les «hommes, femmes et enfants à bord de l'Aquarius (parmi lesquels des femmes enceintes) (…) aient été transbordés d'un bateau à l'autre comme de la marchandise, et leur voyage en mer ait été inutilement prolongé, dans des conditions très pénibles». «Il est scandaleux que les autorités italiennes aient fermé leurs ports à ces 630 rescapés qui ont vécu l'horreur en Libye et les ait fait errer en mer inutilement, au nom d'un choix politique», a-t-elle ajouté. Le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez avait offert d'accueillir les migrants sauvés par l'Aquarius dans la nuit du 9 au 10 juin au large de la Libye et à qui l'Italie et Malte refusaient d'ouvrir leurs ports.

Ces 630 personnes de 26 nationalités différentes ont dû, pour atteindre le port de Valence, entreprendre un voyage éprouvant de 1500 kilomètres. Les rescapés arrivés hier à Valence ne sont, toutefois, pas les seuls à être pris en charge par les Espagnols. Près d'un millier d'autres migrants sont arrivés vendredi et samedi dans le sud de l'Espagne, troisième porte d'entrée par la mer dans l'UE, à bord d'embarcations de fortune. Le refus de l'Italie d'accueillir l'Aquarius a déclenché une passe d'armes diplomatiques entre la France et l'Italie et plongé l'Europe dans une crise politique sur la question migratoire. Question qui sera au centre du prochain Conseil européen des 28 et 29 juin.

Pour MSF, les gouvernements européens doivent «faire du sauvetage en mer une priorité» et «faciliter le désembarquement des rescapés dans les ports européens les plus sûrs et les plus proches». L'organisation leur demande en outre de «cesser de toute urgence de faire obstacle aux initiatives non gouvernementales de sauvetage en mer et (de) mettre en place un dispositif de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale dont l'objectif est de sauver des vies». De son côté, Elhadj As Sy, secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a appelé hier l'Europe à «mettre en pratique les valeurs qu'elle promeut». Mais il est peu probable que l’Italie aille dans le sens des souhaits de l’ONG française.

Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini (Ligue, extrême droite), a réitéré à ce propos samedi l'interdiction aux ONG d'accéder aux ports italiens. «Alors que le navire Aquarius navigue vers l'Espagne deux autres navires d'ONG battant pavillon des Pays-Bas (Lifeline et Seefuchs) sont arrivés au large des côtes libyennes, en attente de leur cargaison d'êtres humains abandonnés par les passeurs», avait-il déclaré. «Que ces messieurs sachent que l'Italie ne veut plus être complice du business de l'immigration clandestine et ils devront donc chercher d'autres ports (non italiens) vers lesquels se diriger.

En ministre et en père, je le fais pour le bien de tous», a ajouté M. Salvini, qui est aussi vice-Premier ministre et chef de file du parti d’extrême droite appelé la Ligue.
42 migrants secourus par la marine américaine

Les 42 migrants secourus cette semaine par un navire de la marine américaine après un naufrage au large de la Libye ont été transbordés sur un bateau des garde-côtes italiens, qui doit les débarquer dans un port italien, ont annoncé hier les médias italiens.

Les 42 migrants sont les rescapés d'un naufrage dans lequel 12 personnes ont perdu la vie. Sur le navire des garde-côtes italiens, le Diciotti, se trouvaient déjà quelque 500 migrants secourus dans la semaine au cours d'opérations de   sauvetage au large des côtes libyennes.

Il devrait rester quelques heures dans les eaux internationales avant de connaître son port de destination. Le vaisseau américain USNS Trenton, qui fait partie du dispositif de l'ONU, avait demandé assistance mardi au navire d'une ONG allemande, le Sea-Watch 3, «faisant état de 40 survivants à son bord ainsi que 12 corps en cours de récupération», selon Sea-Watch.

L'ONG avait finalement renoncé à prendre les migrants à son bord, le centre de coordination des secours des garde-côtes n'ayant pas donné l'autorisation de les transporter dans un port italien. R. I.

Categorie(s): monde

Auteur(s): Aniss Z.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..