Jijel : Touati, «Le Président n’est pas un roi»

Elwatan; le Jeudi 20 Avril 2017
1


«Son rôle est d’intervenir pour départager les différents avis en cas de divergence», a-t-il indiqué dans son discours au cours duquel il a critiqué la soumission des députés à la volonté du pouvoir exécutif et de ce qu’il a appelé «les voleurs». Pour Moussa Toutai, l’Algérie a basculé dans un système libéral à la solde de ces voleurs.

Devant un public composé de militants et sympathisants de son parti, l’orateur a d’abord entamé son discours par des éloges à l’égard de la femme. «Sans la femme, on aurait quitté ce pays de par ces multiples injustices», a-t-il lancé à l’assistance, en rappelant que son parti a présenté une liste formée exclusivement de femmes à Chlef, parce que les hommes, a-t-il martelé, n’ont pas voulu que la femme soit tête de liste.

Dans son intervention, le président du FNA n’a pas manqué de critiquer ce qu’il a appelé l’improvisation économique du pays depuis les années 1970 et ses fameuses Révolutions culturelle, industrielle, agricole. Selon lui, les mêmes choix ont été faits depuis Ben Bella jusqu’à Bouteflika, en passant par Boumediène, Chadli et Zeroual, pour pérenniser la même improvisation dans l’économie.
 

Categorie(s): actualités

Auteur(s): elwatan

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..