MarK Pyman. Directeur du programme défense et sécurité de Tansparency International : «La transparence développe la confiance entre le peuple et l’armée»

Elwatan; le Lundi 30 Decembre 2013
82173


- Dans l’index des pays les plus exposés à la corruption dans le secteur de la défense, l’Algérie est classée en position  «critique», pouvez-vous  nous expliquer d’abord sur quels critères se fonde cet index et ensuite qu’est-ce qui rend l’Algérie — dont le budget de la Défense a triplé depuis 2009 —  très vulnérable en matière de corruption ?
 

Cet index est basé sur 77 questions. Des questions détaillées et techniques et ne sont pas des questions de perception. Elles sont d’ordre politique, financière, de relations humaines.
Si l’Algérie n’est pas bien placée, c’est principalement à cause de l’absence de transparence dans les affaires militaires. Une situation très différente de beaucoup d’autres pays avec une force militaire de taille correspondante.

 

- Selon vous, quels types de moyens et mécanismes doivent disposer et mettre en œuvre les Etats et communautés nationales  pour contrôler les dépenses d’armement et s’assurer d’un «smig» de transparence (ou d’intégrité) dans la passation des contrats d’armement ?
 

Plusieurs Etats font beaucoup de progrès pour un meilleur contrôle des armements.  D’abord, ils publient, et dans le détail, leur budget de défense, réalisent des audits externes de leur budget, discutent — au niveau de la direction de l’armée —, les questions de transparence et d’intégrité. Ils mettent en place un programme de formation en intégrité/transparence/lutte contre la corruption au profit de toute la hiérarchie militaire. Ces Etats mettent en place des équipes « transparence/anti-corruption», dirigées par de hauts responsables. Plusieurs pays ont déjà envoyé leurs colonels se former chez nous, coopèrent avec d’autres pays (dans la région) et instituts qui partagent les même objectifs. Nous croyons que le premier objectif de ces formations est la transparence, mettre une pression pour plus de transparence parmi les dirigeants des forces armées. Car avec de la transparence, les armées peuvent peut-être développer plus ce lien de confiance avec le peuple.  Et souvent, quoi de plus motivant pour les militaires que d’avoir la confiance du peuple.

 

- Dans son rapport 2013, Stockholm International Peace Research Institute évalue  les dépenses militaires dans le monde à 1756 milliards de dollars pour l’année 2012. Selon le Sipri toujours, les 100 plus grosses firmes d’armement dans le monde ont vendu pour l’équivalent de 410 milliards de dollars d’armes et services militaires y afférents. J’aimerais vous faire réagir par rapport à l’industrie des armes dans le monde : son poids et influence réels, et rôle présumé dans l’éclatement et entretien des conflits ?
 

Les ventes totales sont dominées par les Etats- Unis. Il s’agit de la moitié du total des ventes. Si vous analysez les chiffres, en évacuant les Etats-Unis, le résultat est plus intéressant. D’abord, vous constatez qu’il y a beaucoup de sociétés de défense qui ne disposent pas de bons systèmes de lutte contre la corruption. Notre deuxième index, d’octobre 2012 en fait état. Concernant les sociétés de défense, il n’y a que dix sociétés sur 129 qui ont un «ranking», une bonne note, c’est-à-dire se situant sur ma bande A ou bande B. Par ailleurs, la plupart des ventes d’armes se font deux gouvernements. Les sociétés d’armes influencent bien évidemment les gouvernements, mais je pense que l’influence mutuelle s’exerce surtout entre gouvernements. Car les sociétés sont essentiellement des contacteurs pour le compte de leurs gouvernements.
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Mohand Aziri

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..