Mohamed Saleck Beheite (Directeur du journal Le Méhariste)

Elwatan; le Samedi 29 Decembre 2007
1


-La Mauritanie vient d'être secouée par deux attentats en moins d'une semaine. Quelle lecture en faites-vous ?
- L'attaque du 24 décembre, qui a ôté la vie à 4 touristes français, est une première en Mauritanie. Une première dans le sens où jamais dans ce pays on s'est attaqué à des civils, qu'ils soient nationaux ou étrangers. Celle du 27 décembre, ciblant la base militaire de El Ghallawiya, s'inscrit, selon toute vraisemblance, dans la continuité de la première attaque. En frappant une base militaire trois jours après avoir tué des touristes, les commanditaires veulent démontrer qu'ils sont capables de frapper dans différents endroits et à n'importe quel moment.
- Comment les Mauritaniens ont-ils réagi à ces attentats ?
- Un climat assez pesant règne au sein de la population qui est sortie, notamment, après l'assassinat des quatre touristes français, pour dénoncer énergiquement le terrorisme. La société civile mauritanienne ainsi que les partis politiques, y compris l'unique parti islamiste reconnu, ont été unanimes à condamner ces attaques abjectes. Cela dit, il n'y a absolument pas de tensions particulières suscitées par ces attentats. Quant à l'armée, elle est en état d'alerte maximal. La traque de certains suspects se poursuit toujours au nord du Sénégal.
- La France désigne Al Qaïda Maghreb, anciennement GSPC, comme auteur de ces attentats. Qu'en pensez-vous ?
Les autorités mauritaniennes parlent de liens entre les auteurs de ces attaques et le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), l'actuelle branche d'Al Qaïda au Maghreb. On avance même que cette organisation terroriste, agissant sous les ordres de Al Zawahiri, a bien revendiqué l'attaque d'Aleg contre les touristes français. Mais rien n'a été prouvé. Il se peut qu'il s'agisse d'une frappe de la branche d'Al Qaïda au Maghreb, comme il se peut aussi que ce soit une attaque de groupes de brigands. On ne doit pas s'aventurer à donner des affirmations sans qu'il y ait des preuves tangibles. Pour l'instant, tout ce qu'on a, c'est une vidéo diffusée sur un site Internet difficilement authentifiable.
- Ca pourrait ne pas être donc Al Qaïda Maghreb…
- Non. Je n'exclus pas une telle piste. Seulement, je trouve qu'il faut éviter de tomber dans les conclusions faciles et que les autorités mènent plutôt une enquête minutieuse qui pourrait déterminer les véritables auteurs de ces attaques, preuves à l'appui.
Cela étant, si la piste d'Al Qaïda Maghreb venait à être confirmée, ce sera certainement un véritable facteur de déstabilisation pour l'Etat mauritanien dont l'armée ne dispose pas de moyens matériels et humains lui permettant de faire face à une menace d'une organisation terroriste comme le GSPC. Dans un tel cas de figure, il faudra s'attendre à de nouveaux attentats encore plus mortels et plus spectaculaires.
- Qu’est-ce qui pourrait pousser Al Qaïda à perpétrer des attentats en Mauritanie ?
Restons dans le domaine de l'hypothèse. Le GSPC subit actuellement une forte pression en Algérie, au Maroc et au Mali. Le seul pays, proche de ce triangle de la mort, qui reste vulnérable, c'est bien la Mauritanie dont l'armée, comme je l'avais déjà dit, n'est nullement préparée à faire face à de telles menaces. Cette organisation terroriste essaierait donc de profiter de cette situation pour faire du désert mauritanien – qui représente les trois quarts du pays – sa véritable base arrière qui lui permettrait d'avoir la logistique nécessaire pour ses attaques futures dans d'autres pays du Maghreb ou du Sahel.

Categorie(s): international

Auteur(s): Mokrane Ait Ouarabi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..