Nouvelles de l’ouest

Elwatan; le Mardi 16 Aout 2016
1


L’Office de l’irrigation essuie des critiques à Relizane

Les agriculteurs de la localité d’Oued Djemaâ, où l’on recense d’importantes étendues de champs d’agrumes, sont montés au créneau pour dénoncer ce qu’ils qualifient de «série de dérapages» de la direction de l’Office national des irrigations et de drainage (ONID). «Nous sommes très inquiets pour notre future production et pour la survie de notre jeune plantation après que la direction de l’ONID a décidé de nous ouvrir droit à des irrigations à quarante jours d’intervalle», a tonné un des mécontents, en ajoutant : «La nature de notre sol ne pourra pas supporter une aussi importante durée sans eau.» En plus de ce problème qui semble sérieusement inquiéter les agriculteurs, on déplore aussi les grandes pertes d’eau le long des réseaux d’alimentation. «Nous payons régulièrement nos dus auprès des services de l’ONID. Les canaux d’irrigation et les vannes se sont dégradés, ce qui engendre d’énormes quantités d’eau perdues tout au long du circuit», a noté Abdelkader, un des concernés. Du côté de l’ONID, on affirme que de grands efforts ont été déployés pour, d’un côté, élargir le périmètre irrigué et, de l’autre, assurer la rationalisation de la consommation, notamment durant la campagne.     



Projets agricoles à Béchar

Isolée et à la limite de la wilaya de Béchar (400 km au sud), la localité de Tabalbala, 6000 habitants, a bénéficié d’un programme de développement rural et agricole. Ce programme a pour objectif de renforcer les capacités agricoles de cette commune éloignée et à briser son isolement, a indiqué le conservateur des forêts de la wilaya. Ce programme a mobilisé une enveloppe de 4 millions de dinars, la mise à la disposition des éleveurs de 20 kits solaires pour les besoins de l’élevage camelin et l’électrification des points d’eau et des habitations des éleveurs nomades localisés dans les zones éparses.
Le programme a prévu aussi la mise en service d’un réseau d’irrigation au goutte-à-goutte sur une superficie de 27 ha et la plantation de 4 000 arbres fruitiers. Ces opérations réalisées au profit des éleveurs et agriculteurs de cette région a pour objectif, souligne-t-on, la sédentarisation des éleveurs par le renforcement des moyens d’élevage et de production agricole. Malgré sa situation, la commune de Tabalbala est pionnière dans la wilaya de Béchar en matière de production de la pomme de terre.                     M. N.
 
1 000 ha dévastés par les feux à Sidi Bel Abbès

Le patrimoine forestier de Sidi Bel Abbès a perdu, depuis juin dernier, plus de 1 000 hectares de forêt, broussailles et maquis. Un bilan inquiétant qui, au niveau national, place précisément Sidi Bel Abbès en seconde position des wilayas les plus touchées par les sinistres, après celle de Béjaïa. Pour circonscrire les quelque 70 foyers d’incendie qui se sont déclarés, parfois simultanément, dans divers sites forestiers, les services de la conservation des forêts et de la Protection civile ont dû recourir à maintes reprises à la fameuse colonne mobile positionnée, à cet effet, dans les environs immédiats de la ville de Télagh.       M. H.

Un mort par noyade à Marsat El Hadjadj
Un noyé a été repêché, lundi après-midi, par les éléments de la Protection civile, après trois jours de recherche au niveau de la Grande Plage, à Marsat El Hadjadj. La victime s’est noyée le 12 août. Ce jeune de 24 ans, originaire de la wilaya de Tiaret, était activement recherché par les plongeurs de la Protection civile depuis sa disparition. La dépouille a été déposée à la morgue de l’hôpital d’El Mohgoun. Selon la Protection civile, durant cette saison estivale, 6 cas de noyade, dont 5 au niveau des zones interdites à la baignade, ont été enregistrés depuis le 1er juin.            Z. S.

Categorie(s): actu ouest

Auteur(s): elwatan

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..