Un mur s’effondre au cimetière Zeghouane de Annaba : Une dizaine de tombes ensevelies

Elwatan; le Samedi 28 Novembre 2015
99698


Ayant l’habitude de se recueillir sur les tombes de leurs défunts au cimetière Zaghouane de Annaba, des habitants ont été choqués, hier, de voir plusieurs dizaines de tombes ensevelies sous la terre et les décombres d’un long mur qui s’est effondré la veille, avons-nous constaté.
Malgré leur colère, les concernés n’ont pas pu se plaindre aux autorités, car l’incident coïncide avec le week-end et l’administration n’est pas en service.

Selon les premières informations recueillies auprès du gardien de ce cimetière qui donne sur la plage «Levée de l’aurore», «c’est suite aux rafales de vent que le mur en pierre taillée, qui sépare en amont les tombes des Mozabites de celles des Arabes a cédé du côté de ces derniers, enterrant une bonne partie de stombes à sa lisière». Pour de plus amples informations, nous avons pu joindre le maire de Annaba qui a déclaré : «L’incident s’est produit du côté de l’école ibadite et nous allons déployer nos agents pour dégager les tombes concernées. Actuellement, nous sommes en pleine opération de réglementation de ce cimetière.

Nous avons inscrit un projet d’un montant de 10 millions de dinars, qui consiste à assainir le lieu avant de goudronner toutes les allées. Toutes les portes secondaires donnant à ce lieu seront fermées. Les autres cimetières de Annaba seront également concernés par des projets similaires.» Incongrue, cette situation l’est à plus d’un titre, puisqu’elle met en évidence les abus de pouvoir des autorités locales. Situé sur la corniche, dans un quartier résidentiel, à quelques pas de la résidence du vice-ministre de la Défense, ce dernier lieu de repos est juché au milieu de plusieurs assiettes de terrain très convoitées par la maffia locale du foncier.

Des promoteurs n’ont pas hésité à soudoyer des décideurs pour s’en accaparer à l’effet d’ériger des promotions immobilières qui donnent directement sur les tombes. Pis, avant la venue de l’actuel wali, un terrain domanial aurait été attribué par son prédécesseur à la fille de sa secrétaire dans le cadre du dispositif Calpiref. Construire un centre de beauté était le projet initial, avant qu’il ne se transforme en promotion immobilière. Auparavant, cette assiette de terrain avait été proposée par la commune de Annaba pour l’extension de cet historique cimetière. Cependant, la demande avait été rejetée.

Faut-il rappeler qu’à Zeghouane les morts sont enterrés les uns sur les autres et les fossoyeurs dénichent très difficilement un emplacement pour une nouvelle tombe ? A vrai dire le cimetière de Zeghouane ne semble plus un lieu de repos pour les morts de Annaba et contredit à juste titre la citation attribuée à Albert Camus qui disait de son vivant : «Si tu vois le cimetière de Bône, envie de mourir, il te donne !».               
 

Categorie(s): annaba

Auteur(s): Mohamed Fawzi Gaïdi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..