4e réunion du Comité interministériel de haut niveau, ce jeudi à Paris: Donner un contenu visible au partenariat d’exception

Lesoir; le Jeudi 7 Decembre 2017
2

Comme de coutume, après une rencontre algéro-française
de haut niveau, on a le sentiment, malgré tout, qu’une nouvelle page
s’ouvre dans les relations entre les deux pays. Plus que le détour
éclair de Macron à Alger, hier, l’essentiel des relations entre
l’Algérie et la France se discutera ce jeudi à Paris où se tiendra le
rendez-vous du Comité interministériel de haut niveau (CIHN) que
président les deux Premiers ministres, Edouard Philippe et Ahmed Ouyahia.
Un rendez-vous abordé d’ailleurs dès le premier contact entre les deux
chefs de gouvernement lors de l’entretien téléphonique qu’ils ont eu en
septembre dernier pour préparer cette rencontre du CIHN, la quatrième du
genre, et sans doute pas la moins importante de toutes eu égard à la
conjoncture que traversent les deux pays ainsi que le contour pris par
leurs relations économiques notamment, en parallèle à des dossiers, le
Sahara occidental et le Sahel par exemple, sur lesquels les deux pays
ont des points de vue presque aux antipodes les uns des autres. Les deux
parties ont ainsi un instrument inespéré pour débattre les yeux dans les
yeux et trouver les moyens à même de permettre de redonner un contenu
visible à leurs liaisons, à la mesure des relations privilégiées
qu’entretiennent, parfois plus théoriquement qu’autre chose, les deux
pays.
Du côté français, les Algériens attendront que se traduisent en actes
les intentions et les vœux exprimés par Emmanuel Macron à Alger en
février dernier, alors en pleine campagne pour la présidentielle,
lorsqu’il disait, une fois Président, qu’il irait le plus loin possible
dans les relations algéro-françaises. Depuis, et après le satisfecit
exprimé par Alger suite à l’accession d’Emmanuel Macron à l’Elysée, les
relations entre les deux pays ont dû traverser des périodes quelque peu
chargées d’incertitudes en raison, entre autres, du dossier toujours,
aussi sensible, de la situation aux frontières sud de l’Algérie, sans
parler de la récurrente question mémorielle que les deux pays ont du mal
à plier bien que le sujet n’incommode plus autant qu’il y a encore à
peine quelques années aussi bien les politiques que l’opinion en France.
On sait déjà que ce jeudi, à Paris, entre Edouard Philippe et Ahmed
Ouyahia on parlera beaucoup, pour ne pas dire essentiellement, échanges
économiques avec comme but de les faire évoluer de manière, pour la
France, à atteindre des proportions qui lui permettront de regagner du
terrain face à des «rivaux» qui l’ont délogée de son piédestal en
qualité de premier partenaire économique de l’Algérie. Une position
qu’ambitionnait déjà l’ex-Premier ministre français Manuel Valls de
restituer à son pays, lui qui le criait haut et fort lors de la
troisième réunion du CIHN, à Alger en avril de l’année dernière, alors
que l’hégémonie des entreprises chinoises s’accentuait en Algérie pour
ne laisser aux Français qu’à peine plus de 10% de part du marché
algérien en 2016. On sait ce qu’il est advenu de ces ambitions
françaises de l’ère du controversé Manuel Valls alors que les
conséquences de la baisse du marché des hydrocarbures commençaient à se
faire sentir en Algérie.
Au regard de ce qui se dit ici et là sur la nouvelle démarche française
pour redorer son blason auprès des partenaires algériens, la partie
française fera valoir des arguments économiquement avantageux pour les
Algériens qui, eux, s’attendent à plus de «finesse» de la part des
Français sur des dossiers éminemment plus politiques. Ceci en ayant en
tête cette exigence qui veut que l’on donne du côté français un sens
palpable au concept de «partenariat gagnant-gagnant».
En somme, il s’agira pour les Algériens autant que pour les Français de
donner du contenu au partenariat privilégié et envié par d’autres pays
amis de la France.
M. Azedine

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. Azedine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..