Angleterre (27e journée): Arsenal-Tottenham, attention à la pression

Lesoir; le Samedi 10 Fevrier 2018
2

Surtout garder la tête froide. Arsène Wenger a
demandé à ses «Gunners», en plein renouveau depuis l'arrivée de Pierre-Emerick
Aubameyang et Henrikh Mkhitaryan, de ne pas s'emballer contre le rival
honni Tottenham, aujourd’hui à Wembley en ouverture de la 27e journée de
Premier League.
Pourtant, il y aurait des raisons de perdre la tête, tant la pression
est forte pour les deux clubs. Ce derby du nord de Londres a, cette
fois, une importance cruciale dans la course à la Ligue des champions. A
la sixième place du classement (45 pts), avec cinq points de retard sur
le quatrième Chelsea (50 pts), les «Gunners» ne peuvent plus se
permettre de laisser des points en route s'ils veulent accrocher la C1
grâce au championnat. Ils ont toutefois une issue de secours grâce à
l'Europa League. Les «Spurs» sont dans la même position. Cinquièmes (49
pts), ils n'ont toutefois qu'une longueur de retard sur des «Blues» à la
dérive. La pression s'accumule aussi sur les champions en titres,
humiliés à Watford (4-1) et Bournemouth (3-0), alors que les rumeurs
d'un départ d'Antonio Conte se font de plus en plus fortes.
Si l'ambiance à Stamford Bridge lundi soir promet d'être tendue contre
West Bromwich, celle de Wembley samedi à l'heure du déjeuner s'annonce à
couper au couteau. Alors, Wenger appelle au calme : Aubameyang et
Mkhitaryan, ses nouveaux bijoux disputent leur premier derby. «Il y a
toujours une grande passion avant le match et la nervosité grimpe», a
estimé le technicien français avant de se concentrer sur l'aspect
sportif. «Pour nous, c'est l'occasion de revenir plus près des places de
la Ligue des champions, ce qui est une priorité.»

Tottenham avec Lucas
Bien qu'Arsenal ait battu Tottenham à l'Emirates Stadium lors de la
phase «aller» en novembre (2-0), les «Gunners» ne se sont plus imposés à
Tottenham depuis 2014. Mais le match se disputera à Wembley, alors que
White Hart Lane est en reconstruction. Si les «Spurs» y ont connu des
difficultés, les hommes de Wenger s'y sentent chez eux: ils ont remporté
leurs neuf derniers matchs dans le «temple du football». «Nous avons une
belle histoire là-bas», a apprécié Wenger. «Bien sûr, Wembley est un
terrain de qualité, un grand stade, et ça reste un jour spécial dans
votre esprit. A Wembley, ce sont des matchs spéciaux, où vous êtes sous
pression, mais nous avons toujours bien réagi.» Reste que Tottenham,
pris dans une polémique sur les plongeons de Dele Alli et Harry Kane
depuis le nul à Liverpool (2-2), est invaincu dans ses huit derniers
matchs de championnat. Et Mauricio Pochettino n'a pas perdu l'espoir
d'aller chercher Manchester United (56 pts), qui reçoit Newcastle
dimanche, à la deuxième place. «Je crois qu'on peut finir deuxième. Bien
sûr, nous allons nous battre pour que cela se produise», a dit
Pochettino. «L'écart n'est pas énorme, mais ce sera dur. C'est important
de gagner samedi pour être dans la course pour les quatre premières
places.» Dans sa quête, l'Argentin a reçu le renfort de l'ancien ailier
du PSG Lucas Moura, arrivé lors du mercato. Le Brésilien devrait faire
ses débuts sous ses nouvelles couleurs, peut-être comme remplaçant. «Je
pense qu'il sera prêt à jouer samedi», a dit Pochettino. «Il commence à
se sentir mieux. Nous devons l'évaluer, mais après la dernière séance
d'entraînement, je pense qu'il pourra postuler.» Un derby à Wembley :
rien de mieux pour sauter directement dans le grand bain.

Categorie(s): sports

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..