Béjaïa: Près de 3 000 enseignants dans la rue

Lesoir; le Jeudi 13 Septembre 2018
2

Le Cnapeste ne semble pas prêt à reculer devant les
menaces de la ministre de l’Education, Noria Benghabrit, de procéder à
la radiation des enseignants grévistes depuis le 16 janvier dernier.
En effet, le bureau national de la Coordination nationale autonome du
personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation a réussi le pari
de faire sortir dans la rue, à travers son appel à des rassemblements
synchronisés devant la Direction de l’éducation, une foule imposante
d’enseignants.
Près de trois mille travailleurs se sont regroupés vers 10h devant le
siège de la wilaya où une prise de parole a été observée. «On réclame un
dialogue sérieux et la réponse de la tutelle, c’est l’humiliation,
accablant l’enseignant de tous les maux (...) toutes ces manœuvres de la
tutelle ne font que renforcer notre détermination dans notre juste
combat», martèle un syndicaliste tout en enchaînant sur un ton ironique
«Dans les établissements scolaires, les responsables peinent à procéder
au remplacement de un ou deux enseignants manquants et voilà que la
tutelle s’engage à remplacer des milliers d’enseignants».
Slimane Zenati, le coordinateur du conseil de wilaya de Béjaïa du
Cnapeste n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger la
tutelle qui, selon lui, «n’a pas respecté ses engagements cosignés dans
divers P-V». «La forte mobilisation des enseignants à Béjaïa et ailleurs
à travers les autres wilayas du pays est révélatrice de leur
détermination à ne pas baisser les bras avant la satisfaction des
problèmes posés par le Cnapeste», a indiqué dans son intervention le
coordinateur du Cnapeste de Béjaïa, tout en réclamant du département de
Benghabrit «un dialogue sérieux et responsable».
Sur les retards des cours suite à ce long mouvement de grève qui affecte
lourdement la scolarité des enfants, le même syndicaliste a déclaré que
«le Cnapeste est disposé au dialogue.» «On est disposé au dialogue et
faire une évaluation parce que justement, nous sommes conscients et
responsables de la scolarité des élèves. Nous comprenons l’inquiétude
des parents mais un dénouement passera fondamentalement par la prise en
charge des problèmes posés par le Cnapeste», prévient Slimane Zenati qui
n’a pas manqué au passage de lancer quelques flèches à l’adresse de
certains syndicats du secteur sans les citer. «Des syndicats se rangent
du côté de la tutelle pour dénoncer ceux qui luttent réellement pour la
dignité de l’enseignant», dénonce le même syndicaliste.
A. Kersani

Categorie(s): actualités

Auteur(s): A. Kersani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..