CÉLÉBRATION DU PREMIER YENNAYER «OFFICIEL» : Plus qu’un Nouvel An, une nouvelle ère

Lesoir; le Jeudi 11 Janvier 2018
2

Après de longues, très longues
années d’un combat souvent réprimé avec une férocité que seuls ceux qui
l’ont subie pourraient le mieux en parler, l’amazighité est donc en
passe de se faire reconnaître dans toutes ses dimensions. Yennayer n’est
certainement pas la commémoration du calendrier amazigh à laquelle
tiennent le moins ces millions d’Algériens qui le célèbrent depuis des
lustres.
Après la consécration de tamazight langue nationale, puis tamazight
langue officielle — en attendant les actes concrets —, l’Algérie s’est
donc «officiellement» appropriée Yennayer en le déclarant «chômé et
payé». En fait, ils sont des millions à ne pas avoir attendu le 12
janvier 2018 pour en faire un moment solennel. Depuis des temps
immémoriaux, Yennayer est en effet une halte qu’observent des
populations entières d’Afrique du Nord et même au-delà pour reprendre, à
partir des années 1980 surtout, après les événements du Printemps
berbère, toute sa dimension non seulement en Kabylie mais dans plusieurs
régions du pays également. Aujourd’hui et demain donc, les Algériens
accueillent Yennayer, comme le faisaient leurs aïeuls, non pas comme
pour célébrer un rituel tel qu’il en existe beaucoup dans le pays et en
Afrique du Nord, mais pour donner corps à un héritage ancestral qui n’a
pas attendu une quelconque reconnaissance officielle, même si celle-ci
revêt une importance majeure pour la réconciliation de l’Algérien avec
son identité. Pour beaucoup, ce premier Yennayer à caractère officiel
sera dédié aux militants de la cause identitaire qui ont consacré leur
vie pour la cause, dont nombreux, notamment parmi les plus illustres, ne
sont plus de ce monde. Un combat de longue haleine mené par plusieurs
générations d’hommes et de femmes de valeur qui, malgré l’adversité de
tout un système, n’ont jamais baissé les bras pour exiger que l’on
réconcilie l’Algérien avec lui-même, son identité intégrale. Du temps
s’est écoulé, des mains sont encore tachées de sang, des larmes n’ont
pas encore eu tout le temps nécessaire pour sécher, mais aujourd’hui que
les grains semés ont fini par donner leurs fruits, il s’agira de
consolider les acquis tout en se disant que le combat n’est pas encore
arrivé à son terme, et l’adversité est toujours là, certes pas aussi
étoffée dans ses rangs qu’il n’y a pas encore longtemps, pour continuer
à rejeter l’identité algérienne dans son intégralité.
M. Azedine

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. Azedine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..