CENTRE ENATB DE ZEMMOURI EL BAHRI A BOUMERDÈS: Les travailleurs demandent la reprise de l'activité

Lesoir; le Jeudi 1 Novembre 2007
2

Les travailleurs du centre de formation et de loisirs de l’ENATB de Zemmouri, dans la wilaya de Boumerdès, bataillent depuis plusieurs années pour le transfert de l’activité du centre à leur profit après la mise en liquidation de l’entreprise en décembre 2002.En effet, dès l’entame de la liquidation, les employés de ce centre ont formulé des demandes pour la cession de l’actif aux salariés conformément aux dispositions réglementaires en vigueur, notamment la circulaire n° 03 du 25/05/1998 émise par le chef du gouvernement. Un courrier a été adressé au président du groupe bois Wood Manufacture. Les travailleurs en question précisent qu’aucune réponse officielle ne leur a été réservée. Il demeure que des explications verbales ont assuré que la circulaire du chef du gouvernement n’était pas applicable à l’ENATB en raison de son envergure nationale. Pourtant, l’instruction n°10 du ministère des Finances stipule que les EPE relevant des exholdings nationaux sont concernées par la création de société de salariés. Mieux encore, la circulaire n°3 du chef du gouvernement a mis l’accent sur la nécessité de sensibiliser le personnel sur l’option de transfert de l’activité au profit des salariés concernés. Or, il se trouve que les responsables de la liquidation ont préféré fermer le centre et mettre les travailleurs au chômage. C’est ainsi que des indemnités de licenciement ont été versées aux employés, ceci en dépit du vœu anticipé et exprimé par ces derniers de reprendre l’activité. En outre, les concernés assurent être toujours disposés à rembourser les indemnités dans leur totalité si le principe de reprise est accordé. Le personnel du centre de formation et de loisirs de l’ENATB de Zemmouri déclare refuser la solution du chômage et la reprise de l’activité. Dans cette optique et profitant de l’article n°28 de la loi de finance complémentaire de 2006 sur la cession d’actifs des EPE dissoutes aux sociétés de salariés, ils ont introduit une autre demande qui réitère la volonté des travailleurs à reprendre le centre. Cette demande a été transmise au président de la SGP Industries manufactures en date du 8 février 2007 mais aucune suite n’a été donnée à ce jour. Pendant ce temps, un appel est lancé aux autorités compétentes afin de se pencher sur cette situation.N. M.

Categorie(s): régions centre

Auteur(s): N. M.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..