Crise financière: La création monétaire : une obligation

Lesoir; le Mardi 12 Septembre 2017
2

Pour lutter contre les conséquences de la crise
financière provoquée par la baisse prolongée des prix du pétrole, la
Banque d’Algérie n’a pas trop de choix s’agissant des moyens de lutte,
et la planche à billets semble être une fatalité.

Lyas Hallas - Alger (Le Soir) - Le dernier Conseil des ministres
a validé le projet de loi devant modifier la loi sur la monnaie et le
crédit. C’est un texte qui porte des amendements devant permettre à la
Banque d’Algérie de lutter contre les conséquences de la crise
financière provoquée par la baisse prolongée des prix du pétrole mais,
surtout au gouvernement de disposer de plus de dinars afin de combler le
déficit budgétaire qui s’aggrave d’année en année.
Ainsi, le gouvernement à travers ce projet de loi entend élargir le
champ d’action de la Banque d’Algérie, à titre exceptionnel, pour une
durée limitée à cinq ans, à l’achat directement auprès du Trésor public
des titres émis par celui-ci, et ce, pour lui permettre de participer à
«la couverture des besoins de financement du trésor, au financement de
la dette publique interne, au financement du Fonds national
d’investissement (FNI)». Le but de cet amendement étant «le
rétablissement des équilibres de la trésorerie de l’Etat et de
l’équilibre de la balance des paiements».
Le Premier ministre a indiqué lors de sa dernière apparition publique à
l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire que ce sont des
mesures «non conventionnelles» de financement de l’économie qui ont été
imposées par la conjoncture. De quoi s’agit-il ?
Les instruments imaginés jusque-là par les financiers et qui vont
au-delà de la politique monétaire «conventionnelle», peuvent prendre
plusieurs formes suivant les priorités ou les objectifs tracés :
financement du budget de l’Etat, stabilisation des marchés, relance du
crédit, lutte contre la déflation etc.
Mais au cas d’espèce, puisque l’Algérie ne dispose pas d’un marché
financier développé ni d’une économie productive qui endure les
conséquences d’une quelconque récession, l’objectif ne peut être que le
maintien du niveau de la dépense publique.
En effet, et au-delà des mesures conventionnelles, «les banques
centrales peuvent agir soit par un assouplissement qualitatif, soit par
un assouplissement quantitatif ou encore en tranchant avec la tradition
du secret des banques centrales qui se veulent imprévisibles sur leurs
orientations futures».
Elles peuvent, donc, «soit prêter à un plus grand nombre de banques
commerciales, à plus long terme, en acceptant de nouvelles catégories de
garanties ; soit acheter massivement des titres sur les marchés
financiers ou mettre en place des taux d’intérêt négatifs pour faire
payer aux banques leurs dépôts à vue afin de les inciter à prêter à
l’économie ; ou encore fournir des indications sur la trajectoire future
des taux d’intérêt directeurs pour permettre aux agents économiques
d’avoir une meilleure visibilité et de faire reposer leurs projets sur
des perspectives plus stables».
Or, en Algérie la dépense publique reste le seul moteur de croissance
pour le moment. Et, en l’absence d’un marché financier développé, le
financement de l’économie s’effectue essentiellement par les banques
commerciales. La modification de la loi sur la monnaie et le crédit –
qui limite la création monétaire à 10% du déficit du Trésor public –,
vise ainsi à donner au gouvernement la latitude de créer plus de dinars
afin de financer le déficit du Trésor public. C’est le seul choix offert
aux autorités du pays pour maîtriser le déficit budgétaire dans l’état
actuel des choses à partir du moment où le dinar est surévalué et il n’y
a pas de perspective de relance de l’outil productif à court terme.
Un choix douloureux pour le front social puisque la création monétaire
sera ainsi accompagnée par une forte dévaluation de la monnaie nationale
et donc, d’une forte inflation.
L. H.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): L. H.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..