El Tarf: 300 milliards de centimes pour toute la chaîne d’AEP de la daïra de Bouhadjar

Lesoir; le Mardi 17 Avril 2018
2

«Le 5 mai prochain, mise en service des réseaux de
distribution d’eau potable des communes de Bouhadjar, Hammam Béni Salah,
Oued Zitoune et Aïn El Karma, à partir du barrage de Bounamoussa»
«Avant le 15 mai prochain, nous procéderons à la distribution de l’eau
potable aux populations de la daïra de Bouhadjar. L’Etat a mobilisé tous
les moyens financiers nécessaires pour ce faire. Avant le Ramadhan
prochain, la situation connaîtra une amélioration notable et certaine.
Vous êtes tenus, M. le directeur des ressources en eau, de renforcer les
chantiers qui sont en train de rénover les conduites. Le barrage de
Bounamoussa sis dans la commune de Chaffia affiche un taux de
remplissage de 51 millions de mètres cubes. Ce sont, également, 25
stations de pompage qui sont en cours de réhabilitation. Je vous promets
que l’été 2018 ne sera pas comme les précédents. Je vous indique, que la
toute nouvelle chaîne d’AEP est en train d’être mise à niveau. L’Etat a
mobilisé pour ladite chaîne, le montant colossal de 300 milliards de
centimes dont 40 milliards pour la station flottante de pompage des eaux
du barrage de Bounamoussa. Le 5 mai prochain, nous inaugurerons, dans
l’apaisement et la sérénité, la mise en service des réseaux de
distribution de l’eau potable des communes de la daïra de Bouhadjar, et
ce, jusqu’à la commune de Oued Zitoune».
A martelé avec satisfaction et assurance, le wali d’El Tarf, M. Belkateb
Mohamed, lors de l’inspection du projet de consolidation de
l’alimentation en eau potable des communes de Hammam Béni Salah et Oued
Zitoune au niveau de la localité de Mohamed-Tayeb sise dans la commune
de Bouhadjar, mercredi dernier. La délégation, composée de l’ensemble
des membres de l’exécutif, a inspecté, dans le même sillage, la localité
de Battoum sise sur les hauteurs de la même commune afin de s’enquérir
du taux d’avancement des travaux des canalisations du réseau où 5,5 km
ont été rénovés et 1,5 km dans la commune d’Oued Zitoune, des capacités
de stockage du château d’eau et de la station de pompage.
«La commune d’Aïn El Karma connaîtra, aussi, une normalité dans la
distribution de la ressource. Une fois tous les projets achevés, nous
disposerons de 3 000 m3 de capacités de stockage, ce qui est amplement
suffisant» a indiqué le directeur des ressources en eau, M. Mechatti qui
est en train d’accomplir un travail titanesque et d’envergure. Egalement
dans la commune de Bouhadjar, le premier responsable de la wilaya a
inspecté, respectivement, le projet de viabilisation des 200 logements
LPL (logement public locatif) et les 100 LPL mitoyens dont les travaux
sont à l’arrêt.
«Tous les réseaux doivent être réalisés avant le mois de ramadhan pour
les 200 logements finis. Le 20 mai prochain, les logements indiqués
seront distribués. J’ai décrété que l’année 2018 sera celle du
relogement. Pour les 100 autres logements, vous engagez, dans les
meilleurs délais les procédures de résiliation selon le code des
marchés». A mentionné avec fermeté, Mr Belkateb. Continuant son périple,
le wali a inspecté le nouveau lycée de Bouhadjar de type 1000/300 où il
a ordonné au directeur des équipements publics (DEP) de « mettre les
bouchées doubles et de travailler jour et nuit pour que cet
établissement soit fin prêt pour la rentrée scolaire prochaine
2018/2019». Dans la commune de Hammam Béni Salah, en visitant le stade
communal en cours de réalisation, le wali s’est montré très sceptique
sur le coût de la deuxième tranche qui est de l’ordre de 1,1 milliard de
centimes. «Je veux voir les coûts. C’est un terrain glissant, il faut
une étude géotechnique pour connaître avec exactitude les mesures à
prendre. La directrice de la DUAC (direction de l’urbanisme, de
l’architecture et de construction) est tenue de revoir l’étude de ce
projet ». A fait savoir, flegmatique et suspicieux, le wali. Dans la
commune d’Oued Zitoune, le wali a accordé une rallonge de 1,1 milliard
de centimes pour achever le stade communal et ce, par la réalisation
d’une clôture d’enceinte.
Aussi, le wali a-t-il décidé, après avoir inspecté l’école primaire
Souda El Aïfa sise dans la même commune, d’accorder à cet établissement
scolaire, 4 micro-ordinateurs, en signe d’encouragement pour les efforts
déployés par son staff pédagogique et administratif.
Poursuivant sa tournée, le wali a visité le projet de réhabilitation du
chemin de wilaya (CW) 118A sur 7,5 km, reliant la commune d’Aïn El Karma
à celle de Chaffia, et ce, pour une autorisation de programme (AP) de
150 millions de DA. Le taux physique d’avancement des travaux est de 50%
alors que le taux d’avancement financier est de 30%. «Vous réalisez cher
ce projet. 20 millions de DA le kilomètre, c’est excessif». Une sentence
lourde de sens, émanant de surcroît, du premier responsable de la wilaya
et qui indique qu’il y a anguille sous roche, sachant que ledit projet a
été accordé du temps de l’ex-wali qui exerce actuellement, peinard, dans
la wilaya de Mascara. Interpellé par des représentants de la localité
populeuse de Sanhadja sur leurs conditions de vie déplorables, le wali a
donné son accord pour la réalisation d’une première tranche de la route
reliant cette dernière au chef-lieu de la commune, sur une distance de
3,5 km. Egalement, le wali a donné son aval pour la réalisation d’une
canalisation d’eau potable entre la localité El Gouassem (40 familles)
et le château d’eau le plus proche de la commune sur une distance de 2
500 mètres pour un coût de 2 milliards de centimes. Ensuite, le cortège
s’est ébranlé pour inspecter, respectivement, le projet de 30 logements
LPL et la salle de sports. Le wali, M. Belkateb Mohamed, terminera son
long et instructif périple par l’inspection du projet de protection
contre les débordements des eaux de ruissellement «Chaâbet Fatoum» situé
à la périphérie nord de la commune, relevant de la direction des
ressources en eaux et entrant dans le grand programme de réalisation de
curage, recalibrage, confortement et protection des oueds et affluents
de la zone sud de la wilaya. Le coût de ce projet important est de 3,75
milliards de centimes dont le taux d’avancement physique a atteint 70%.
Enfin, le wali a exhorté les 4 maires des communes visitées à plus de
travail et de concertation avec les populations locales pour mieux
appliquer les principes de la démocratie participative, en priorisant
les opérations qui ont un impact direct sur l’amélioration des
conditions de vie des populations démunies.
Daoud Allam

Categorie(s): régions

Auteur(s): Daoud Allam

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..