FORMATIONS POLITIQUES: Le front El Moustakbel souffle sa sixième bougie

Lesoir; le Mercredi 11 Juillet 2018
2

Pour le président du Front El Moustakbel, il est
encore «trop tôt d’évoquer la présidentielle du printemps 2019»,
regrettant que le peuple, pourtant source de toute légitimité, soit
laissé en rade de ces supputations.
M. Kebci-Alger (Le Soir) - Belaïd Abdelaziz, qui s’exprimait, hier
samedi, dans un point de presse en marge de la cérémonie de célébration
du 6e anniversaire du parti tenue à la salle Atlas, à Alger, ne dénie à
personne le droit de se présenter aux prochaines élections
présidentielles pour peu qu’il «obéisse aux préalables constitutionnels
y afférents». Et de s’interroger : «Où est la position du peuple ?» Un
peuple source de toute légitimité. Et pas que cette interrogation du
troisième à la dernière élection présidentielle puisqu’il en ajoutera
une autre : «Comment ces élections se dérouleront-elles ?» «Si elles
auront lieu de la même manière que les dernières élections législatives
et locales, autant ne pas gaspiller tout l’argent nécessaire et se
contenter de nommer les responsables à tous les niveaux», a-t-il ajouté.
Pour le président du front El Moustakbel, la démocratie «ne se suffit
pas de «simples paroles» puisque consistant en une pratique quotidienne,
des valeurs et une culture mais aussi des mécanismes». Dont, a-t-il
relevé, l’impérieuse nécessité de la mise sur place d’une instance
indépendante d’organisation des élections. Ceci non sans ironiser :
«D’où est-ce que la HIISE que préside Abdelouahab Derbal a-t-elle ramené
l’indépendance dont elle se prévaut ?».
Expliquant l’ascension fulgurante de son parti, Belaïd Abdelaziz a
estimé que cela n’était nullement une surprise. «le front El Moustakbel
est un vieux parti connu puisqu’il n’est nouveau qu’en tant que cadre
politique car pour sa composante, ce sont quasi-majoritairement,
d’anciens militants et cadres du FLN, du RND, d’autres partis et
d’organisations de masse», citant son propre cas pour avoir été «membre
du bureau politique de l’ex-parti unique et secrétaire général de
l’UNJA». Mais le secret de cette réussite est aussi également à situer
dans le programme du parti, son discours rassembleur et apaisé, dénué
d’insulte et de haine, sa stabilité organique.
Et sans en être précis, le président du front El Moustakbel promettra
une autre surprise. Sera-t-elle à l’occasion des prochaines
présidentielles ou plus grande que celle enregistrée en avril 2014 quand
il est arrivé troisième ? Belaïd Abdelaziz n‘en dira pas plus, tenant à
rappeler que la question de sa candidature sera arrêtée par le congrès
du parti prévu en juin prochain à l’occasion duquel une nouveauté sera
consacrée : tous les postes électifs feront l’objet de primaires.
M. K.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. K.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..