GRÈVE DANS L’EDUCATION: Benghabrit appelle à la sagesse

Lesoir; le Samedi 26 Novembre 2016
2

En visite de travail dans la wilaya de Béjaïa, jeudi,
la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, a appelé les
enseignants grévistes à «la sagesse et au sens de responsabilité pour ne
pas priver nos enfants de l’école».
«J’en appelle à ce sens de la sagesse chez tout un chacun pour ne pas
priver nos enfants de l’école, eux n’ont rien demandé, tout ce qu’ils
revendiquent est de pouvoir étudier. L’objectif de l’Etat algérien est
l’équité sociale et malheureusement, les grèves répétitives touchent un
point fondamental de notre système qui est l’équité sociale parce que ce
n’est pas tout le monde qui peut prendre des cours supplémentaires», a
souligné la ministre de l’Education à l’adresse des syndicats frondeurs
de l’éducation regroupés dans l’Intersyndicale.
Dans son intervention, Nouria Benghabrit estime que les revendications
mises en avant par l’Intersyndicale relatives à la retraite anticipée et
le code du travail relèvent du ressort du gouvernement, qui,
signale-t-elle «a tranché ces questions dans un contexte marqué par
l’austérité. Il s’agit du rétablissement d’une ancienne loi»,
note-t-elle, tout en réaffirmant que s’agissant des doléances
pédagogiques des enseignants, les portes de son ministère sont «ouvertes
à tous les syndicats».
Devant les partenaires sociaux, Nouria Benghabrit s’est félicitée de la
«large adhésion» des enseignants à la charte d’éthique de l’éducation,
instaurée l’année dernière. «75% des enseignants ont adopté la charte de
l’éducation afin d’immuniser l’école algérienne contre les perturbations
et veiller à la stabilité du secteur, en instaurant un cadre dans lequel
la famille de l’éducation devrait agir», a soutenu la ministre de
l’Education.
Sur le volet des dossiers des demandes de départ à la retraite, Nouria
Benghabrit a rassuré que toutes les demandes formulées avant le 31
octobre 2015 seront satisfaites.
Abordant le dossier lié à la généralisation de l’enseignement de la
langue amazighe à travers l’ensemble du territoire national, tout en
rappelant «les efforts» de son département depuis son arrivée pour
parvenir à enseigner tamazight dans 34 wilayas durant l’année scolaire
en cours, la ministre de l’Education a affirmé que l’objectif fixé
demeure la généralisation de tamazight à tout le territoire national.

«Nous souhaitons que, progressivement, cette langue soit enseignée dans
toutes les wilayas et, à terme, au niveau de tous les établissements
scolaires du pays», a soutenu Nouria Benghabrit qui estime toutefois que
l’obligation de l’enseignement de cette langue ne pourra pas intervenir
avant de trancher les caractères de transcription de cette langue.
«Il faut laisser le temps au temps pour parvenir à la généralisation de
l’enseignement de tamazight. Je suis convaincue qu’on arrivera
progressivement à étudier cette langue dans toutes les wilayas mais on
ne peut pas parler de l’obligation de son enseignement en l’état actuel
sachant que les caractères de la transcription de tamazight ne sont pas
tranchés, graphie arabe, tifinagh ou latine, il appartient aux
spécialistes de trancher cette question», a expliqué la ministre de
l’Education à partir de Béjaïa tout en annonçant l’installation d’une
commission de spécialistes pour se pencher sur le mode de transcription
de tamazight dans l’enseignement. Lors de sa visite dans la wilaya pour
inaugurer une dizaine d’établissements scolaires, la ministre de
l’Education tout en affichant sa «satisfaction» sur le nombre
d’infrastructures éducatifs n’a pas manqué de déplorer «le nombre
important de cas de redoublement des élèves dans la wilaya dépassant la
moyenne nationale», a-t-elle relevé.
A. Kersani

Categorie(s): actualités

Auteur(s): A. Kersani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..