HANOUNE LES ACCUSE DE BLOQUER L’ÉPANOUISSEMENT DE TAMAZIGHT: Les partis au pouvoir mis à l’index

Lesoir; le Jeudi 14 Decembre 2017
2

Le Parti des travailleurs ne veut pas céder à la
«diversion dans laquelle on voudrait le piéger» concernant le fameux
amendement sur la généralisation de tamazight proposé par une députée du
parti dans le cadre du projet de la loi de finances 2018 et dont le
refus par la majorité du pouvoir est à l’origine des gigantesques
manifestations populaires en Kabylie et même ailleurs dans le lointain
pays chaoui.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Louisa Hanoune qui animait, hier
mercredi, une conférence de presse se défend de faire dans la
manipulation au sujet de la question de la langue amazighe, accusant les
partis du pouvoir et ceux de l’allégeance, le FLN en tête, d’être les
véritables obstacles contre «l’effectivité de son officialisation».
«C’est la quinzième fois, soit depuis 2003, au lendemain de la
proclamation de tamazight comme langue nationale, que nous proposons cet
amendement et à chaque fois, c’est le même sort qui lui est réservé»,
a-t-elle fait remarquer de prime abord, comme pour signifier que c’est
plus la «situation du pays, distincte de celle des années précédentes,
empreinte d’une précarité sociale et de hogra mais d’une générosité
débordante au profit de la minorité oligarchique» qui a été le
déclencheur de ces manifestations. Et de prévenir que cette grogne ira
crescendo «dès janvier prochain avec les tout premiers effets
dévastateurs de la loi de finances 2018 anticonstitutionnelle, mais
aussi ceux également du projet de loi tout aussi anticonstitutionnel, à
savoir le projet de loi sanitaire puisque les prix des produits vont
augmenter à cause de l’augmentation des prix du carburant». Et de
s’interroger : est-ce que c’est le PT qui va assumer les conséquences de
ces augmentations ou ceux qui ont voté pour cette loi de finances
anticonstitutionnelle ?» Hanoune ne s’est pas étonnée, outre mesure, que
la Kabylie soit, encore une fois, la première à se soulever, estimant
que la région est le «bastion de toutes les luttes émancipatrices et
dont elle a payé chèrement le prix».
Elle s’est félicitée, dans la foulée, de l’implication significative des
universitaires et des lycéens et autres collégiens dans ces
protestations pacifiques, considérant que c’est désormais cette «partie
de l’élite qui vient de se réapproprier son rôle avant-gardiste». Se
défendant encore de faire dans la manipulation à l’occasion de ces
manifestations de rue, la secrétaire générale du PT a pris les partis du
pouvoir et ceux de l’allégeance, notamment le FLN qu’elle a qualifié de
«parti panarabiste», pour «responsables du blocage, voire d’obstacles à
l’effectivité du caractère officiel de la langue amazighe consacré dans
la constitution de mars 2016». Pour Hanoune, tout ce beau monde est
responsable des répercussions de ce refus sans cesse renouvelé quand il
s’agit de la généralisation de l’enseignement de tamazight. Et de situer
ces entraves dans le manque, pour ne pas dire l’absence de volonté
politique pour y aller de l’avant, faisant remarquer, dans ce sens, la
tentative vaine du parti, en 2008, d’amender la loi portant orientation
scolaire pour y intégrer l’obligation de l’enseignement de tamazight».
Toujours à propos de velléités de manipulation, la patronne du PT a
avoué «ne pas comprendre que cela émane du duo FFS/RCD, qui, selon elle,
se joignent inexplicablement à l’acharnement du FLN contre le parti,
estimant que les «choses sont pourtant claires» et qu’il est certain que
je ne vais pas tomber dans ce piège de la diversion». «Que des
aventuriers tentent de monter la vague, c’est prévisible. A Tizi Ouzou,
le drapeau national était brandi avec le drapeau berbère. Il y a eu des
affrontements entre des étudiants et des militants du MAK qui ont tenté
d’enlever le drapeau national (…) Où est la manipulation ? Celui qui
parle de manipulation méprise le peuple algérien.
C’est du paternalisme», a-t-elle soutenu, estimant que «les partis de
l’opposition n’assument pas cette responsabilité de ce qui s’est passé
ou de ce qui peut se passer.
M. K.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. K.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..