Le premier ministre pose la première pierre de l’usine de lubrifiants TOTAL :: «En Algérie, il faut jouer la totale»

Lesoir; le Jeudi 20 Avril 2017
2

Alors que l’usine de production et de conditionnement
de lubrifiants TOTAL devait entrer en production le premier trimestre
2017, hier, le Premier ministre Abdelmalek Sellal, ne s’y est pas rendu
pour l’inaugurer, mais pour y poser la première pierre du début des
opérations de construction. Toutefois, le Premier ministre a souligné à
sa manière le retard enregistré «il ne faut pas être hésitant, vous
avancez mais parfois, vous ne passez pas à la vitesse Une comme il faut,
il faut la passer, n’ayez pas peur, nous sommes là».
Pour rappel, les travaux de réalisation de l’usine devaient être lancés
en 2014, mais le projet a accusé du retard, un constat qui avait
d’ailleurs été fait au mois de janvier 2017, par le ministre de
l’Industrie et des Mines qui avait formulé de sévères mises en garde aux
responsables de Total Algérie et instruit fermement ladite compagnie
d’activer le projet faute de quoi, il le confie à d’autres partenaires.

Présent sur place, Bouchouareb ne fera plus de remarques, puisqu’il
était en présence du Premier ministre qui, lui, a semblé faire l’impasse
sur ce retard et a affiché son appui à Total en procédant à la pose de
la première pierre, symbole du lancement du projet. Toutefois, le
Premier ministre a déclaré à l’adresse des responsables de Total Algérie
«en Algérie, il faut jouer la totale. Nous préférons que vous produisiez
ici que de nous ramener des produits du Moyen-Orient, vous m’avez
compris.»
Durant la présentation du projet, l’un des responsables de Total
Lubrifiants Algérie tente de rassurer le Premier ministre en annonçant
que les travaux viennent de démarrer et seront réceptionnés le mois
d’août 2018 et l’usine devra produire 40 000 tonnes de lubrifiants par
an avant de passer à l'exportation d'une part de sa production. A cela,
le Premier ministre fait remarquer qu’ils peuvent réduire cette durée de
réalisation, en tentant une plaisanterie «il fait beau, vous pouvez
terminer plutôt». Et d’insister sur l’impératif de réduire
l’importation.
«Nous avons une vision stratégique avec Total pour développer et aller
rapidement vers la phase de la pétrochimie parce que à terme, on ne
souhaite plus exporter notre gaz, on souhaite le transformer en Algérie,
on a besoin de créer cette plus-value et nous avons la capacité de le
faire avec nos partenaires français, c’est la voie qu’on s’est choisie,
on s’est mis d’accord maintenant, il faut qu’on avance.»
A. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): A. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..