Le Soir de l’Ouest: AÏN-SEFRA La Dzira, une plaine en voie d’extension

Lesoir; le Lundi 30 Decembre 2013
2

Avec une superficie de plus de 300 hectares, la plaine de la Dzira
constitue un périmètre agricole conçu pratiquement pour la culture
maraîchère et les arbres fruitiers.
La plaine de la Dzira est décomposée en petites parcelles irriguées d’un
à deux hectares, dont la terre est parfaitement riche, fertile, affinée
et ameublie, où l’eau est en abondance (puits d’eau à profondeur de 2 à
3 mètres seulement).
Situé au piémont du cordon dunaire du Djebel Mekhter, jouxtant le ksar
Sidi-Boutkhil, le site est connu pour avoir été dans le passé colonial
«un camp de torture».
Aujourd’hui, Dzira est devenue une zone agricole en voie d’extension et
de développement, terre nourricière exploitée par plus de 200
exploitants, des habitants de Ksar Sidi-Boutkhil, qui ont pu avec le
temps devenir de grands maraîchers, en franchissant un pas, de
l’agriculture traditionnelle à l’agriculture moderne. Ces derniers se
sont équipés en canalisations des systèmes d’irrigation, en kits
d’aspersion et de goutte-à-goutte et à la culture sous-serre.
D’un autre côté, l’élevage du bétail reste une source fondamentale liée
à l’économie.
L’on dénombre quelque 500 vaches productrices de lait, alors que la
quasi-totalité des producteurs de lait fournissent quotidiennement leur
produit à la laiterie d’Aïn-Séfra ; une ville connue pour son précieux
petit-lait (lben), de quoi est fait le somptueux plat de «Seykouk»
(couscous au petit-lait), ainsi que les différentes variétés de fromages
(jben local, klila, et autres).
De son côté, la Direction des services agricoles (DSA) accorde une
grande importance au développement agricole de la région, c’est ainsi
qu’elle s’est impliquée par des mesures d’accompagnement notamment, à
l’électrification rurale, l’aide à l’habitat rural, ainsi qu’à la
réalisation des voies d’accès et des structures pour la protection des
jardins, des crues des oueds de même qu’à la distribution de brise-vent
et d’arbres fruitiers.
Notons enfin que le fichier agricole de la wilaya inscrit auprès de la
DSA, fait état de 4 700 agriculteurs activant sur une superficie de 24
240 hectares dont 13 840 en irrigation.
Dans le cadre de la concession agricole, le Comité d’orientation de la
wilaya a approuvé récemment 40 nouveaux périmètres au profit des jeunes
investisseurs, à travers les différentes communes.
B. Henine
Sidi-Bel-Abbès
Près de 8 kg de kif traité saisis sur l’autoroute Est-Ouest
Les services des douanes de Sidi-Bel-Abbès et de Tlemcen ont, dans
l’après-midi de samedi, serré l’étau sur une Toyota Yaris transportant
du kif traité sur l’autoroute Est-Ouest près de la localité de Sidi
Senoussi, dans la daïra de Sidi-Abdelli.
En effet, suite à un mouvement suspect du véhicule en provenance de
Maghnia, les éléments des douanes de SBA et Tlemcen ont conjugué leurs
efforts pour immobiliser la voiture. Lors de la fouille du véhicule, les
douaniers ont trouvé 7,45 kg de kif traité sous forme de plaquettes.
Le conducteur, arrêté, sera incessamment déféré devant le procureur.
Quant au kif et au véhicule, ils ont fait l’objet d’une saisie. La
gendarmerie a ouvert une enquête.
A. M.
Aïn-Témouchent
Un infirmier tue sa collègue
Un drame a secoué la ville de Hammam Bou-Hadjar, avant-hier, après
l'annonce de la mort atroce d'une femme âgée de 30 ans tuée par un
infirmier dans un appartement appartenant à un médecin dans la ville de
Aïn-Témouchent.
Selon des informations concordantes, l'inculpé B. K. 50 ans, marié et
père de plusieurs enfants, aurait asséné plusieurs coups de couteau à sa
compagne qui exerçait la fonction de secrétaire dans l'Etablissement
hospitalier de la ville de Hammam Bou-Hadjar.
C'est un gardien de l'immeuble qui a alerté la police de la présence
d'une personne étrangère à la cité, les éléments de la police se
rendirent sur les lieux du drame. Là, ils trouvent le corps gisant dans
une mare de sang, immédiatement ils procédèrent à l'arrestation du mis
en cause qui était dans sa maison dans la ville de Hammam Bou-Hadjar.
Une enquête a été ouverte par les services concernés pour déterminer les
causes de cet abominable crime
S. B.
Mostaganem
Les travailleurs de RAM-SUCRE en grève
Le bras de fer qui oppose depuis le 5 décembre dernier, le collectif des
travailleurs de la raffinerie de sucre et la direction, se durcit et
cette situation porte atteinte à l’économie puisque ce complexe de l’ex-Sogedia
était considéré comme le fleuron de l’économie nationale, car il
englobait plus d’un millier de travailleurs à sa belle époque.
La section syndicale représentant les travailleurs de l’usine avec un
effectif de 250 travailleurs a, donc, décidé d’entamer une grève
illimitée à partir d’hier, et ce, après avoir déposé des préavis de
grève non concluants datés des 5 et 12 décembre derniers.
Selon le représentant syndical, cette action est justifiée par la
négociation engagée qui n’a pas abouti avec la direction.
L’échec des négociations a, donc, poussé les grévistes à observer une
grève illimitée, a affirmé un des représentants syndicaux, et ce recours
au débrayage reste le seul moyen, dit-il, à arracher nos revendications,
à savoir, la revalorisation des salaires, la permanisation du personnel
contractuel, le recrutement, le départ du directeur, la levée de
suspension de 12 travailleurs, un régime indemnitaire, l’amélioration
des conditions de travail et enfin le respect des droits et libertés.
A. B.
Chlef
Grave accident de la circulation
Cela s'est passé samedi dernier vers 9h du matin à Mainis, lieu-dit
situé à 6 km à l'ouest de la daïra de Ténès où un transport de voyageurs
a violemment percuté une Clio.
On déplore 7 blessés qui ont été acheminés par la Protection civile vers
l'hôpital Zighoud-Youcef de la ville, dont quatre dans un état très
grave ont été évacués vers Alger.
Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de cet
accident.
Medjdoub Ali
Relizane
Gobât Nouna, un douar oublié des élus locaux
Le manque d’infrastructures au douar Gobât Nouna, une région déshéritée
relevant de la commune de Bendaoued, à une quinzaine de kilomètres du
chef-lieu de Relizane, a fait réagir ses habitants qui se disent être
marginalisés par les élus locaux.
A ce propos, ils n’ont cessé de solliciter leur intervention pour mettre
un terme au calvaire qu’ils endurent chaque jour qui passe.
Ils demandent l’aménagement et la réhabilitation de la route qui relie
leur douar au chef-lieu de commune Bendaoud. L’autre point concerne la
réalisation d’un réseau d’assainissement pour se débarrasser
définitivement des fosses septiques à ciel ouvert qui représentent un
danger pour leur santé avec la prolifération de toutes sortes
d’insectes.
«Nous avons trop attendu, beaucoup de promesses nous ont été faites mais
elles restent sans suite. Aussi, nous demandons aux autorités d’entamer
ces travaux pour éviter l’exode de la population», disent-ils.
De leur côté, les services de l’APC de Bendaoued ont affirmé que des
fiches techniques ont été élaborées et elles sont au niveau des bureaux
d’étude pour entamer, en premier lieu, le lancement des travaux de la
réhabilitation de la route, distante de 14 km.
«Nous demandons aux habitants de patienter un peu et toutes leurs
doléances seront prises en charge par le nouveau président de
l’Assemblée populaire communale de Bendaoued.»
A. Rahmane

Categorie(s): régions

Auteur(s): A. Rahmane

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..