LUTTE CONTRE L’EMIGRATION CLANDESTINE: L’approche de Bédoui

Lesoir; le Mercredi 17 Octobre 2018
2

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales
et de l’Aménagement du territoire décline une approche plutôt
pragmatique face à la migration clandestine.
Mohamed Kebci-Alger (Le Soir) - Noureddine Bédoui qui intervenait,
avant-hier jeudi, dans le cadre d’une séance de questions orales au
Conseil de la nation a préféré emprunter d’autres chemins pour traiter
du phénomène de la migration clandestine qui semble accrocher parmi
notamment la frange juvénile et qui, désormais, se conjugue en famille
et au féminin.
Estimant que la lutte contre ce fléau ne saurait être de la seule et
unique responsabilité des pouvoirs publics, le ministre a soutenu que la
lutte contre la migration clandestine, «est une question qui concerne
l'ensemble de la société et pas uniquement les autorités publiques»,
comme l’a d’ailleurs soutenu, il n’y pas longtemps, son collègue des
affaires religieuses comme pour atténuer de la fameuse fatwa du Haut
Conseil islamique (HCI).
La lutte contre la migration clandestine «n'est pas du ressort exclusif
des autorités sécuritaires et administratives, mais elle est l'affaire
de tout un chacun et de l'ensemble de la société, la famille,
l'université, la mosquée et l'école qui sont responsables pour immuniser
et prémunir la société contre ce risque». Car, a-t-il expliqué, la
responsabilité est «partagée».
Il a, néanmoins, souligné le rôle «clé» des autorités publiques dans la
lutte contre ce fléau, faisant part, dans ce sens, de l’arrestation par
les services de sécurité de personnes impliquées dans ce fléau», parlant
de «réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les
jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes, à bord
d'embarcations».
Dans le même ordre, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités
locales et de l’Aménagement du territoire a annoncé le «renforcement du
contrôle des locaux de vente d'équipements de navigation et des
chantiers de construction de bateaux et d'embarcations».
Une manière «forte» qui, à elle seule, ne suffit pas à endiguer le
fléau, a-t-il reconnu ; d’où son appel à la collaboration et à
l’implication de la société civile dans tous ses compartiments à travers
«des campagnes de sensibilisation aux dangers de ce phénomène et à
l'explication des mesures prises par l'Etat pour améliorer la prise en
charge des préoccupations des jeunes, notamment en matière d'emploi et
de logement».
Une démarche qui, selon Bédoui, a commencé à donner ses tout premiers
fruits avec le «recul sensible ces derniers temps du nombre de
tentatives à la migration clandestine».
M. K.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. K.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..