MATCH AMICAL INTERNATIONAL, RWANDA 1- ALGÉRIE 4 : Deux satisfactions et des promesses !

Lesoir; le Samedi 13 Janvier 2018
2

Face au repêché de la CAF pour
le CHAN-2018 qui débutera aujourd’hui au Maroc, l’EN des locaux s’est
baladée en s’offrant une large victoire, mercredi passé à Tunis.
Quels enseignements tirer de cette première sortie de l’EN A’ version
Madjer devant le Rwanda qui prépare le championnat d’Afrique des locaux
? Plutôt plusieurs. Sur un plan individuel d’abord. Au sortir de cette
confrontation d’un niveau technique moyen du fait surtout que les
Amavubis venaient de terminer un stage où leur entraîneur allemand,
Antoine Hey, a imposé une charge physique importante, difficile, en
fait, de trouver des vertus collectives au jeu de la sélection mise sur
pied par Madjer et son staff. C’est Djamel Menad qui livre les premières
satisfactions individuelles de ce rendez-vous. «Je suis ravi de la
prestation de Farouk Chafaï et un peu plus de Salim Boukhenchouche qui
m’a vraiment épaté. C’est une surprise pour moi de voir un élément qui a
des soucis au niveau de son club employeur (la JSK, ndlr) réaliser une
telle performance. Je trouve que ces deux joueurs méritent amplement
d’avoir une place au sein de la sélection première », a déclaré l’ancien
driver du MCA à l’issue du match. S’il est clair que le bilan de ce
stage ponctué par le test amical face aux Rwandais n’était pas encore
finalisé au moment où Menad tenait ses propos, il est clair que son
«avis personnel» est partagé par ses pairs du staff technique des Verts.
Madjer en premier. Celui-ci s’est certes longuement exprimé sur la
prestation d’ensemble de l’équipe sans jamais mentionner tel ou untel
mais ses impressions confirment de manière éclatante l’analyse de Menad.
Sauf que Madjer, contrairement à son adjoint, projette un ensemble
national à forte connotation locale. «Ce succès est très encourageant
pour la suite du parcours. On va continuer le travail avec d’autres
stages à l’avenir. On essayera également de trouver de nouveaux joueurs
capables d’apporter un plus à la sélection. On fera tout Inch’allah,
pour rendre cette EN des locaux encore plus forte à l’avenir», dit-il.
C’est-à-dire un ensemble national composé d’abord par les footballeurs
issus du championnat local qu’il faudrait renforcer par les meilleurs
évoluant en Europe. Le débat expatriés-locaux qui a pourri la vie des
Verts depuis plusieurs années n’est, semble-il, pas clos en dépit des
clarifications et des mises en garde des uns et des autres.
Expatriés locaux, débat clos ?
L’idéal pour Rabah Madjer est, en tout cas, de travailler un maximum
de temps avec des joueurs disponibles. Une disponibilité que les joueurs
évoluant en Europe n’assurent pas à cause des fameuses dates Fifa. «Il
ne faut pas oublier que nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour
réaliser notre travail. Malgré tout, les résultats sont là. Avec le
travail, l’EN sera encore meilleure à l’avenir», rappelle le
sélectionneur national qui se dit toujours à la recherche d’un groupe
élargi de qualité. «Il y a des joueurs qui vont arriver et d’autres qui
vont partir. On cherche toujours le profil du joueur qui nous intéresse,
que ce soit ici en Algérie ou à l’étranger. L’EN augure du bon pour
l’avenir. Nous avons réalisé un bon début contre le Nigeria, puis
aujourd’hui face au Rwanda», estime Rabah Madjer qui entend poursuivre
son plan de reconstruction de l’EN à travers des stages périodiques en
marge des journées de championnat. «Cela fait partie de mon programme
d’organiser chaque mois un regroupement de trois jours en Algérie pour
les joueurs locaux. On n’attendra pas qu’il y ait un match pour les
convoquer. Aujourd’hui, nous avons pu programmer un match amical sans
qu’il y ait une date Fifa. Dès que la FAF parviendra à trouver un accord
avec une autre fédération, on n’hésitera pas à programmer un match
amical pour la sélection des locaux. Notre objectif est de construire
une EN forte avec les locaux et les pros aussi», confie Madjer
apparemment peu soucieux du calendrier international qui prive les
footballeurs algériens évoluant outremer d’avoir leurs chances de
figurer chez les Verts. Sauf que cette stratégie de «construire» un
nouveau Club Algérie exclusivement à partir du vivier local bute sur des
impératifs pratiques liés au niveau de compétitivité des deux
contingents. En ce sens qu’un sélectionneur choisit son effectif depuis
un réservoir de joueurs en forme et répondant aux besoins de la
compétition proposée, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. C’est ce que
croit Djamel Menad qui annonce la promotion prochaine de Boukhenchouche
et bien entendu de Chafaï (déjà sur le bon calepin du staff des Verts)
parmi l’EN des As qui, lors du stage de novembre dernier (Algérie-
Nigeria et Algérie- RCA), était composée à 70% de joueurs exerçant à
l’étranger.
M. B.

Categorie(s): sports

Auteur(s): M. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..