MÉDECINS RÉSIDENTS: Mouvement de protestation à partir du 14 novembre

Lesoir; le Lundi 13 Novembre 2017
2

Les médecins résidents seront en grève dès demain.
Dans ce mouvement de protestation cyclique de deux jours, ils
revendiquent principalement l’abrogation totale du service civil dans sa
forme actuelle. Pour eux, ce service n’a été qu’un «échec».
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Le secteur de la santé renoue avec la
protestation. Les médecins résidents entament, dès demain 14 novembre,
une grève cyclique de deux jours consécutifs.
Seul un service minimum des activités de garde sera assuré. Déterminés à
camper sur leurs positions jusqu’à la satisfaction de leurs
revendications qu’ils qualifient de «légitimes», ils demandent,
principalement, l’abrogation totale du service civil dans sa forme
actuelle. Pour eux, ce service a fait preuve d’«échec».
Initié par le Collectif autonome des médecins résidents algériens, le
mouvement de protestation dénonce, par ailleurs, les conditions de
travail «désastreuses» dans lesquelles exercent les médecins algériens,
en particulier les médecins résidents.
Selon le communiqué du collectif, cette situation entrave la formation
des médecins résidents mais elle se répercute négativement sur la
qualité de la prise en charge des patients.
Sans compter l’«absence de sécurité et de protection des médecins
résidents durant l’exercice de leur fonction au sein des établissements
publics». Pis encore, poursuit-on, «l’absence totale de prise de mesures
par les autorités compétentes pour assurer des conditions nécessaires».
Le Collectif autonome des médecins résidents algériens appelle ainsi à
l’amélioration des conditions de travail du médecin résident mais aussi
à la révision de son statut général.
Autre revendication des médecins résidents : l’application de l’article
32 du chapitre IV de la Constitution dans le bénéfice de la dispense du
service militaire.
Ils exigent également l’annulation des examens intercalaires jusqu’à
l’application des réformes de formation et d’évaluation des médecins
résidents selon leurs carnets.
Estimant que leurs droits ont été bafoués à travers notamment des
«inégalités» dans la perception des primes de gardes, les médecins
résidents réclament également le droit d’accès aux œuvres sociales avec
effet rétroactif.
Ry. N.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Ry. N.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..