Notre correspondant à Chlef mort en héros

Lesoir; le Mercredi 8 Fevrier 2017
2

La toute dernière fois où je l'avais quitté, il était
pressé de rejoindre son cabinet où, m'avait-il dit, des personnes
démunies de son quartier l'attendaient. C'était le dentiste des pauvres
et il n'encaissait pas souvent les consultations. Dans cet espace qui
ressemble beaucoup plus à un bidonville et qui est l'héritage des années
80 quand, suite au tremblement de terre, les autorités déplacèrent les
familles dans des chalets peu commodes, Ali était chez lui. Connu et
apprécié par tout le monde, il attendait, comme tous les habitants, que
l'on vienne les secourir, c'est-à-dire que l'on décide, enfin, à les
loger dans des conditions correctes. Et il y avait urgence car l'effet
de l'amiante avait frappé. Ali ne verra pas ces nouveaux logements tant
attendus. Il est mort lundi après-midi en secourant une fillette qui se
trouvait sur les rails au moment du passage d'un train. Ali a sauté pour
pousser la fille qui s'en sort indemne. Mais le train ne le ratera pas.
Ali est mort en héros !
A son épouse et à ses enfants, que j'ai eu le plaisir de connaître et
dont j'ai apprécié l'hospitalité à chaque fois que je passais par Chlef,
toutes mes pensées émues. C'est un moment pénible d'autant plus qu'Ali
était attachant, affectueux, généreux et d'une grande solidarité avec
les démunis. Il laissera le souvenir d'un grand journaliste qui
alimentait notre journal en nouvelles de toute la vallée du Cheliff, et
jusqu'à Ténès, qu'il sillonnait à la fois pour secourir ceux qui en
avaient besoin et aussi pour porter leurs souffrances et leurs espoirs
aux lecteurs du Soir. Et, cerise sur le gâteau, Ali était un poète d'une
sensibilité à fleur de peau. Il racontait, en vers d'une beauté pure,
les merveilles de la nature et la complexité des sentiments humains. Il
compte de nombreux recueils qui ornent les bibliothèques de Chlef.
Ali est mort en héros. Nous ne l'oublierons jamais. Il sera désormais
triste et pénible de passer par la vieille El Asnam en sachant que le
sourire d'Ali ne sera pas là pour nous accueillir. Adieu, frère !
Maâmar Farah

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Mâamar Farah

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..