RECOURS AU GAZ DE SCHISTE: Guitouni se veut rassurant

Lesoir; le Mardi 10 Octobre 2017
2

A partir de Tizi-Ouzou où il était en visite de
travail, le ministre de l’Energie confirme le cap pris pour
l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels.
Mustapha Guitouni a longuement plaidé, devant les journalistes, en
faveur du renforcement des capacités de production par la mise en valeur
du gisement dont recèle le sous-sol algérien en gaz et en pétrole de
schiste.
Objectif : répondre aux besoins du marché intérieur, permettre à
l’Algérie d’honorer ses engagements contractuels en matière
d’exportation et permettre la reconstitution des réserves en
hydrocarbures, explique Mustapha Guitouni qui s’est voulu rassurant
quant à l’absence de retombées négatives sur l’environnement. «Il n’y a
aucun inconvénient à exploiter le gaz de schiste puisque les États-Unis,
la Chine et l’Argentine l’exploitent déjà et quatorze autres pays sont
en train de faire des prospections pour l’utiliser», assène-tæ-il,
assurant qu’un plan de communication sera déployé pour rassurer la
population et expliquer la portée économique de l’exploitation de ce
gisement qui permettra de faire face aux besoins du pays en matières
énergétiques. D'autant plus que d’ici 2025, la couverture en gaz naturel
à l’échelle nationale doit atteindre les 100% comme fixé dans le cadre
du programme du président de la République, arguera le ministre qui ne
ferme pas la porte devant l’exploitation des énergies classiques et
celles renouvelables.
«Le programme de l’énergie solaire se poursuit normalement avec la
production de 350 mégawatts touchant 22 villages. Mais pour atteindre un
taux de production optimum, il faut maîtriser le coût, en arrivant à
produire localement les panneaux solaires dont le prix représente 70% de
l’investissement», expliquera le ministre de l’Energie.
Mustapha Guitouni abordera les amendements qui seront apportés à la loi
sur les hydrocarbures. Une loi qui est en chantier et à l’étude et qui
«doit être attractive pour les investisseurs étrangers dans le domaine
pétrolier, estimera le ministre
«Quatre avis d’appels d’offres internationaux ont été infructueux»,
révélera-t-il, comme pour enfoncer le clou et ouvrir la porte à
l’abrogation de la clause fixant la part des participations d’une
entreprise étrangère à 49%.
S. A. M.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): S. A. M.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..