SOIT DIT EN PASSANT: L’ennemi aux abois !

Lesoir; le Mardi 6 Fevrier 2018
2

Par Malika Boussouf
malikaboussouf@yahoo.fr
Les suggestions d’Ould Abbès aux médecins résidents de travailler
tout en portant un brassard pour signifier qu’ils sont en grève et sa
promesse, dans le cas où ces derniers se rangeraient à sa proposition,
de se tenir à leurs côtés leur font franchement une belle jambe.
On adore en Algérie s’inventer un méchant ennemi extérieur. A chaque
fois qu’un mécontentement perturbe les rouages d’une institution, on
s’empresse de vouer aux gémonies une ou plusieurs entités que l’on se
garde bien, par ailleurs, de désigner nommément.
Je regrette d’abandonner pour quelques jours la cause des médecins
résidents à laquelle je suis de plus en plus sensibilisée et qui
commence à m’inquiéter sérieusement. Je propose en attendant de revenir
sur les autres, toutes aussi vraies colères, qui se multiplient, les
fausses accusations et les faux ennemis qui seront encore là dans les
mois, voire les années à venir, parler de quelques remarques faites par
des lecteurs à propos d’Air Algérie.
Je ne vais pas aborder les privilèges dont parle une majorité de
citoyens et dont bénéficieraient, selon eux, des proches de hauts
responsables recrutés à ne rien faire dans les antennes de l’entreprise
basées à l’étranger. Je n’aime pas parler de choses possibles, mais dont
je n’ai aucune preuve. Quelqu’un m’a sinon écrit que s’il voulait gagner
notre sympathie et notre soutien, le personnel navigant d’Air Algérie
devrait commencer par nous dire combien il gagne et permettre que nous
nous fassions notre propre idée des injustices dont il est victime.
Je dis cela parce qu’il y en a qui affirment que les pilotes, les
hôtesses ou les stewards sont super bien payés. Alors ? Bien ou mal
rétribués pour l’énergie qu’ils déploient à sourire aux voyageurs ? Qui
tente de brouiller le message et détourner l’attention des véritables
coupables ? On pourra toujours penser que je radote, même si personne ne
me l’a encore signifié, je trouve folle cette actualité qui se recentre
en ce moment sur l’essentiel.
Difficile de croire ou même d’imaginer qu’une entreprise qui joue seule
sur pas mal de terrains puisse courir à la faillite ! Pourquoi brandir
le spectre d’une mort en perspective ?
M. B. 

Categorie(s): chronique du jour

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..