Thème d’une résidence de création à la Villa Abdeltif: Les étrangers d’Alger, vus par un photographe italien et un écrivain algérien

Lesoir; le Mercredi 8 Fevrier 2017
2

Il s’agit de saisir par la photo et les mots, les
femmes et les hommes étrangers qui résident ou sont de passage dans la
capitale algérienne. Cet «Autre» rapidement adopté à Alger est marocain
ou tunisien, sub-saharien, européen, chinois, portugais ou espagnol.
La villa Abdeltif, qui a accueilli et inspiré tant d’artistes et
d’écrivains algériens et étrangers, abrite actuellement une résidence de
création de l’écrivain algérien Yahia Belaskri et du photographe italien
Francesco Gattoni. Le but principal de cette résidence est la création
d’un ouvrage photographique qui montre et évoque la ville d’Alger comme
une ville qui reçoit, accueille, héberge et assimile l’Autre,
l’étranger, venu d’ailleurs, de près ou de très loin.
L’ouvrage, à travers la vision et l’expérience d’un écrivain et d’un
photographe, un Algérien et un Italien, va traiter et montrer Alger sous
un angle différent parce que nouveau.
Il s’agit de saisir par la photo et les mots, les femmes et les hommes
étrangers qui résident ou sont de passage dans la capitale algérienne.
Cette «Autre» rapidement adopté à Alger est marocain ou tunisien,
sub-saharien, européen, chinois, Portugais, espagnol… Le but est aussi
de donner la parole à tous ces gens pour évoquer et parler de la ville
d’Alger. Bien entendu, Francesco Gattoni se consacrera à la partie
photographique de l’ouvrage et Yahia Belaskri à la partie écriture.
Alger, tout comme l’Algérie, est devenue un lieu ou un espace de transit
vers l’Europe. Certains de ses habitants essayent de la quitter et de
partir très loin, par tous les moyens. Mais le pari de Gattoni et de
Belaskri est, au contraire, d’évoquer et de démontrer la ville qui
accueille et reçoit, la ville où l’hospitalité habite encore les hommes
et les murs. Alger est multicolore. La Blanche est aussi verte par ses
jardins et ses bois. Elle est également bleue par son beau ciel
ensoleillé et par la mer de sa baie, une des plus belles au monde.
Beaucoup de peintres, photographes, poètes et écrivains ont pris Alger
pour sujet ou pour espace d’expression. Des artistes ont peint Alger,
vue par la terrasse de la villa Abdeltif. La résidence de création de
Francesco Gattoni et de Yahia Belaskri est organisée par l’Agence
algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) et s’étalera du 1er
février au 15 février 2017.
La villa Abdeltif, appelée également Dar Abdeltif, est un palais de
style mauresque construit en 1715 dans l’actuel quartier d’El-Hamma,
près du Jardin d’Essai. Elle a hébergé, de 1907 à 1962, un grand nombre
de peintres venus de France. Elisabeth Cazenave a, d’ailleurs, écrit à
ce sujet un livre intitulé «La villa Abd-el-Tif ; un demi-siècle de vie
artistique en Algérie 1907-1962», paru en 1998. Dar Abdeltif est classée
monument historique depuis 1967.
K. B.

Categorie(s): culture

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..