Affaires des 701 kg de cocaïne et de l’immobilier, Kamel Chikhi auditionné pour le 2e jour consécutif

Liberte; le Jeudi 8 Novembre 2018
3

L’importateur de viande et promoteur immobilier, Kamel Chikhi, a été auditionné, hier, pour le deuxième jour consécutif, par le juge d’instruction du pôle spécialisé. Le tribunal de Sidi M’hamed a été quadrillé pour l’occasion par un important dispositif sécuritaire. L’instruction autour de la saisie de 701 kg de cocaïne au port d’Oran, le blanchiment d’argent, ainsi que les liens entre le principal accusé dans ces affaires et des fonctionnaires de l’État semble s’emballer à nouveau, après une longue pause. Un entracte qui a poussé la défense à rendre visite la semaine dernière au magistrat en charge de ce dossier pour s’enquérir de l’état d’avancement des commissions rogatoires dépêchées au Brésil et en Espagne. Les auditions ont repris d’abord avec la convocation du fils de l’ex-DGSN, Abdelghani Hamel, en tant que témoin.
Il a été, selon nos sources, interrogé autour de l’activité de son entrepôt sous douane, situé à Oran et doté de chambres froides. C’est dans     ces entrepôts que les cargaisons de viande importée par Kamel Chikhi avaient l’habitude  d’être stockées en attendant la fin des formalités douanières.
Il est également reproché au fils  de Hamel d’étendre son activité commerciale portuaire au-delà de la limite de la ville d’Oran, en violation de la réglementation. Avant-hier,  Kamel Chikhi a été auditionné dans le fond   pour la première fois depuis sa comparution    devant le juge, début juin dernier, dans le cadre  des investigations  préliminaires.
On a également appris de la défense que plusieurs expertises judiciaires en Algérie ont été ordonnées pour connaître les sources d’enrichissement de l’importateur de viande et promoteur immobilier.
L’audition de l’ex-DGSN Hamel est, par ailleurs,   toujours exigée par la défense de Chikhi. Le    général-major Hamel avait déclaré publiquement lorsqu’il était encore en fonction qu’il détenait des informations sur le dossier de saisie de la drogue dure, qu’il allait remettre à la justice. “Il est temps qu’il le fasse d’autant qu’au moment de l’éclatement de l’affaire, il venait  juste de rentrer d’une mission officielle en Espagne”, a estimé Saïd Younsi, l'un des deux avocats de Kamel Chikhi, dans une précédente déclaration à notre
journal.  

Nissa H.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Nissa Hammadi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..