Campagne labours-semailles à Tiaret, L’appréhension des céréaliers

Liberte; le Mardi 29 Decembre 2015
124044

Dès lors que la campagne tire à sa fin, certains agriculteurs, qui attendaient le début des pluies pour exécuter les travaux du sol, auront du mal à atteindre leurs prévisions.

La wilaya de Tiaret s’achemine vers la clôture d’une campagne labours-semailles dans le doute compte tenu du manque de pluie alors que le taux des emblavures est à présent estimé à plus de 80%.
Ainsi, sur un objectif de 330 000 hectares, entre 85 000 en blé dur, 90 000 en blé tendre, 130 000 en orge et 25 000 en avoine, 275 000 hectares ont déjà été réalisés.
Dès lors que la campagne tire vers sa fin, certains agriculteurs, qui attendaient le début des pluies pour exécuter les travaux du sol, auront du mal atteindre leurs prévisions, sachant que le terrain sera impraticable une fois la terre bien arrosée.
Et cette contradiction ne peut être qu’à leurs dépens, selon les responsables du secteur, dans la mesure où ils ont dérogé à la conduite traditionnelle du calendrier cultural. S’agissant de la disponibilité des semences et intrants, les services concernés se félicitent des efforts consentis quant à une préparation adéquate de cette campagne qui n’a souffert, selon certains agriculteurs contactés, que de minimes carences bureaucratiques vite résolues. Toutefois, on ne peut parler de labours-semailles sans évoquer les autres mesures d’accompagnement pour faire face à certaines maladies. Dans ce contexte, on se rappelle de l’année 2005 qui a caractérisé la wilaya de Tiaret par la dégradation de 53 000 hectares de céréales par la mérione. Ainsi, selon un cadre de la direction de l’agriculture, ce sont les plateaux de Medroussa et Mahdia qui sont à chaque fois les plus touchés, ou du moins menacés. Appelé encore “rat des champs” ou “mérione de Shaw”, ce muridé constitue pour l’agriculture, tant sur le plan productivité que rendement, une menace beaucoup plus sérieuse par rapport à celles provoquées par d’autres rongeurs champêtres appelés aussi rongeurs arvicoles. La mérione se caractérise par un taux d’expansion élevé favorisé par la prolificité des naissances et le nombre de portées qui sont généralement de six, avec quatre à huit petits chacune.
Mais, autant être confiants puisque les services de l’agriculture, soutenus par les autorités locales, ont souvent élaboré des programmes de lutte antimérionique qui se poursuivra jusqu’à la fin du mois d’avril. Ainsi, après des séances de vulgarisation tenues à cet effet, où des démonstrations ont été données aux agriculteurs, le raticide utilisable comme appât empoisonné au niveau des terriers est remis aux subdivisionnaires agricoles chargés de la distribution et du suivi immédiat de l’opération de lutte qui est généralement contrôlée par l’inspection pour la protection des végétaux. Kilrat, Deraticide Pese et Detia Raticide sont les produits dits “de choc” utilisés. Pour rappel, ce fléau a commencé à se manifester sérieusement en Algérie en 1992 où l’on enregistrait 200 000 ha infestés à travers 20 wilayas, soit une moyenne de 10 000 ha par wilaya.

Saisie de plus de 125 000 pétards
< Selon un communiqué de la sûreté de wilaya de Tiaret, près de 11 500 pétards et autres feux d’artifice ont été saisis durant la fête du Mawlid Ennabawi, à travers les rues et quartiers de la ville. Dans le même sillage, les services de la sûreté de daïra de Hammadia ont procédé à l’arrestation de trois personnes commercialisant ce produit et saisi 4109 pétards. Les mêmes services, agissant sur attribution de compétence, ont, selon la même source, arrêté cinq individus pour le même délit à Hassi F’doul, dans la wilaya de Djelfa, en possession de 114 211 pétards. Les inculpés devront être présentés devant la justice.
 

Categorie(s): ouest

Auteur(s): R. Salem

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..