Constantine, L’épopée du roi Chachnaq revisitée

Liberte; le Jeudi 11 Janvier 2018
144519

L'archéologue égyptien Nacer Ismaïl Mohamed a longuement disserté sur le pharaon berbère qui a régné sur l'Égypte entre 926 et 955 av. J.-C. et a fondé par la suite la XXIIe dynastie d'Égypte.

Organisées conjointement par la direction de la culture et la direction de la jeunesse et des sports, les festivités consacrées à la célébration de Yennayer 2968 entamées avec faste depuis mardi à Constantine, se poursuivront ce jeudi par un riche programme.
Au théâtre Mohamed-Tahar-Fergani, plusieurs manifestations et activités cultuelles sont au menu de cette célébration depuis mardi. Il s’agit, notamment, d’une belle exposition de produits traduisant les traditions berbères, à l’image de la poterie, la bijouterie, la tapisserie, l’habillement et autres pâtisseries qui ornent le hall de l’opéra de l’antique Cirta. Aussi, des troupes folkloriques et de fantasia ont exécuté des spectacles de gracieux tableaux à même l’esplanade mitoyenne au théâtre, qui a accueilli, également, une conférence sur le parcours du roi Chachnaq 1er, animé par l'archéologue égyptien, Nacer Ismaïl Mohamed.
Ce dernier a longuement disserté sur le pharaon berbère qui a régné sur l'Égypte entre 926 et 955 av. J.-C. et a fondé par la suite la XXIIe dynastie d'Égypte. “Ce roi berbère avait réussi, grâce à sa bravoure, à unifier l’Égypte, pour ensuite envahir la Palestine”, dira-t-il, non sans avoir mentionné l’existence d’une profonde relation culturelle et civilisationnelle entre les peuples algérien et égyptien à travers le legs de Chachnaq.
Conférence qui a, par ailleurs, suscité quelques réactions des chercheurs et universitaires présents qui ont manifesté leur mécontentement vis-à-vis de son contenu. “Les événements historiques rapportés par cet archéologue égyptien sont totalement faux, je l'ai écouté le matin à la radio et c'est pour cela que je suis ici, je veux intervenir durant la conférence, je ne comprends pas ce choix de faire venir un archéologue égyptien pour parler de notre histoire, l'Algérie ne manque pas d'historiens quand même. Je ne suis pas kabyle et je suis curieuse de connaître l'histoire de nos ancêtres, mais je ne veux surtout pas avoir des informations erronées !” s'exclamera une présente.
Pour sa part, l'historien Mohamed Mesbahi a remis en cause tout ce qui a été rapporté par l'archéologue égyptien. “J'ai écouté son intervention sur la radio locale, et j'ai été étonné par ce qu'il a raconté. Yannayer est un événement historique très important pour nous en tant qu'Algériens, il faut que nous soyons prudents sur tout ce qui concerne notre histoire et notre patrimoine et ce qui peut être transmis aux générations futures, c'est une très grande responsabilité”, dira-t-il.  Les festivités se poursuivront aujourd'hui, jeudi, avec la participation de plusieurs troupes folkloriques de Constantine et de Tizi Ouzou, notamment.
La journée sera aussi marquée par l'inauguration d'une exposition traditionnelle au palais de la culture Mohamed-Laïd-Al-Khalifa avec la participation d’exposants de Tizi Ouzou, de Batna, de Bouira, de Béjaïa, de Ghardaïa et de Constantine. Le théâtre accueillera, pour sa part, une pièce théâtrale en tamazight intitulée Amnukal, produite par le TRC et mise en scène par Karim Boudechiche.

Ines Boukhalfa

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Ines BOUKHALFA

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..