Il a réuni hier les DSP des wilayas touchées par la grève, Hasbellaoui prépare le retour à la normale dans les hôpitaux

Liberte; le Mercredi 13 Juin 2018
3

L’organisation des soins et des urgences médicales et chirurgicales dans les CHU a été au centre d’une réunion de travail présidée, hier, par le ministre de la Santé. Ont pris part à cette rencontre les directeurs de la santé et de la population des wilayas d’Alger, de Blida, de Constantine, de Batna, d’Annaba, de Sétif, d’Oran, de Tlemcen, de Tizi Ouzou et de Sidi Bel-Abbès.
Ce regroupement restreint des DSP, qui est une première, intervient pour remettre les pendules à l’heure en matière de fonctionnement et de prise en charge dans les services des urgences. Le boycott par les résidents des gardes depuis pratiquement deux mois a permis de déterrer le décret exécutif n°13-195 du 20 mai 2013 qui fait obligation aux maîtres assistants et autres professeurs d’assurer le service minimum de nuit et durant le week-end et d’encadrer les résidents pendant les gardes. Le texte en question accorde aux professeurs chefs de service de faire la garde astreinte depuis leur domicile. Rares sont les médecins spécialistes qui observent strictement les dispositions de ce décret vieux de cinq années. Le Pr Mokhtar Hasbellaoui a, en fait, réuni les responsables des services extérieurs de son département pour les instruire de veiller à l’application de ce décret. Pour le ministre, la réunion d’hier n’était qu’un prétexte pour déterrer le décret. “Il ne s'agit pas véritablement d'une réorganisation, mais d'un juste et nécessaire retour à la normale en matière d'organisation et de fonctionnement des services hospitaliers à vocation universitaire dont la gestion devra être un modèle, car nous ne manquons pas de moyens, nous manquons simplement d'organisation et d'efficacité”, a-t-il insisté dans son allocution d’ouverture.
Sur un autre plan, le ministre a rappelé aux DSP d’œuvrer pour améliorer l’image des hôpitaux ternie par le “comportement des acteurs de la santé, et ce, pour améliorer la qualité de la prise en charge du patient”. Il a insisté, à cet effet, sur “les articulations à prévoir pour que cette réorganisation s'inscrive dans la logique globale de mise en place des réseaux de soins sur une base hiérarchisée”. Ce retour à la normale demeure une des revendications phares des résidents qui ont maintes fois dénoncé la non-application des dispositions dudit décret.

H. H.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hanafi Hattou

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..