Il y a donné un concert à l’occasion de la fête de l’indépendance, Le groupe El Dey revient au Palais de la culture après 5 années d’absence

Liberte; le Samedi 7 Juillet 2018
3

Le groupe El Dey a donné, à la veille des célébrations de la fête de l’indépendance au Palais de la culture, un sympathique concert ouvert au grand public, et dans lequel il a repris ses plus grands titres. Familles, enfants et adolescents ont célébré avec les 9 musiciens du groupe, cette date de notre histoire, avec une musique alliant chaâbi, assimi diwane et flamenco. Même si les débuts furent timides, tant l’assistance était clairsemée, le leader de la formation, Samir Merabet réchauffera peu à peu l’atmosphère grâce à sa bonne humeur et sa voix profonde. Lumières tamisées, enfants, jeunes filles et jeunes hommes dansant aux rythmes de la guitare, du saxophone et du mandole, le concert a rapidement pris des airs de fête familiale, où les youyous fusaient de part et d’autre. Les paroles de titres comme Ana djazaïri (je suis Algérien), Mira ou encore Manwelich lellour (Je ne reviens pas en arrière) ont pris une résonnance particulière en cette date symbolique, puisque la jeunesse y est dépeinte dans toute sa triste réalité : avenir incertain, chômage, problèmes de logement etc… “Sebiin fel mya ch’hal taawdou fiha. Koltoulna la jeunesse waktach cheftou fiha ?” “La jeunesse représente 70% de la population, mais quand est-ce que vous l’avez prise au sérieux ?”. Les publics peu nombreux ne font peut-être pas trop de bruit lors des concerts, mais il en était autrement pour celui-ci, puisque sur la piste, où a côté de leurs places, la quasi-totalité des spectateurs se sont laissé aller aux belles compositions du groupe. Un père de famille s’est aussi prêté au jeu, en dansant avec ses filles, au grand bonheur de ces dernières. Après la fin du concert, Samir Merabet, nous dira que “le public, qui était réticent au début, a fini par se lâcher. Ça nous a fait vraiment plaisir de passer cette soirée de la fête d’indépendance et de la jeunesse en ce lieu, parce que ça fait 5 ans qu’on n’a plus joué sur cette scène. Là nous sommes revenus avec youyous, c’est parfait”. Et d’ajouter : “En cette fête de l’indépendance et de la jeunesse, nous voulons voir cette dernière avancer. Dans nos paroles on dit ‘Arrêtez de nous sous-estimer’. Cette jeunesse doit faire les choses librement, car elle peut apporter un réel changement”.
À noter enfin que le groupe donnera deux autres concerts aujourd’hui et demain, respectivement aux Sablettes et au Casif de Sidi-Fredj, avant de prendre part à deux festivals en Tunisie, à savoir, le Festival de jazz de Tabarka, et le Festival international de Dougga les 27 et 28 juillet.

Y. A.

Categorie(s): culture

Auteur(s): Yasmine Azzouz

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..