M. Hasbellaoui présidera la 10e séance de travail, Camra-ministère : reprise des négociations demain

Liberte; le Samedi 31 Mars 2018
146406

Suspendu depuis le 26 février dernier, le dialogue entre le ministère de la Santé et le Collectif autonome des médecins résidents reprendra demain dimanche.

La nouvelle séance de négociations, la dixième depuis le début de la grève des résidents en novembre, devait, en fait, avoir lieu mercredi dernier. Elle a été renvoyée à demain en raison du deuil observé par les médecins résidents au lendemain du décès tragique de deux de leurs consœurs victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone dans leur appartement à Douéra.
La nouvelle invitation au dialogue s’annonce, dit-on, sous de bons auspices. La réunion de travail prévue pour demain à partir de 14h entre les deux protagonistes sera rehaussée notamment par la présence du ministre de la Santé. “Le représentant du ministre, Omar Berdjouane, qui nous a invités officiellement à la table des négociations, nous a assurés que c’est le Pr Mokhtar Hasbellaoui, le ministre lui-même, qui présidera les travaux de ce dixième round, contrairement aux précédentes rencontres où c’étaient les deux coordinateurs, le Pr Bendib et M. Berdjouane, qui animaient ladite la commission”, nous a confié un médecin résident. La présence du premier responsable de la santé en Algérie sera-t-elle couronnée par la signature d’un accord historique qui viendra ainsi mettre un terme à un mouvement de débrayage qui risque de pulvériser le record national de protestation, après l’entame du cinquième mois de grève.
La dixième séance de négociations entre les deux protagonistes s’annonce différente, tant sur le fond que sur la forme, par rapport aux précédentes. La présence du Pr Hasbellaoui donnera, en réalité, un gage politique à la commission intersectorielle qui n’avait pas les coudées franches depuis sa création, le 12 janvier dernier. Aussi, ne faut-il pas perdre de vue que le front de contestataires dans le secteur de la santé est en train de s’élargir avec l’entrée sur scène des autres professionnels de la santé organisés en Camsa pour les spécialistes, Caima pour les internes et Camga pour les généralistes. La situation dans le secteur de la santé s’est encore aggravée avec la menace d’une année blanche qui risque d’être décrétée après le boycott généralisé de l’examen du DEMS par les DEMSistes. Le département de la Santé a, ainsi, rendu public, pour la première fois, les propositions de réponses aux 24 revendications formulées par les résidents.
Les rédacteurs desdites réponses ont abordé tous les chapitres contenus dans la plateforme.  Ils ont révélé la teneur du chapitre relatif au service civil en passant par celui relatif aux conditions d’affectation et d’installation jusqu’au dossier inhérent à la révision du statut de médecin résident. Le ministère a, cependant, fait l’impasse sur la doléance liée au Service militaire, en rappelant que cette question relève exclusivement de la compétence du ministère de la Défense nationale. Quels seront les termes d’un éventuel compromis qui se profile à l’horizon ? Un rapprochement tacite semble prendre forme au sujet du point d’achoppement, l’abrogation du caractère obligatoire du service civil. Nos sources ajoutent, enfin, que la commission présentera aux 14 membres du bureau national du Camra des propositions concrètes concernant le point de discorde, le service civil en l’occurrence. La nuance dans le ton observé par  les deux parties laisse dire aux observateurs que l’épilogue du conflit est imminent.

Hanafi H.

 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hanafi Hattou

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..