Pour éviter un incident diplomatique avec Damas et Moscou, La projection de “Les derniers hommes d’Alep” annulée à Alger

Liberte; le Jeudi 13 Septembre 2018
3

Pour éviter un incident diplomatique avec la Syrie et la Russie, le documentaire Les derniers hommes d’Alep a été interdit de projection lundi à Alger. C’est l’explication donnée par le réalisateur.
La diffusion de ce film du Syrien Firas Fayyad était prévue dans le cadre de la 8e édition du Afac film week (du 8 au 10 septembre), organisée par Arab fund for arts and culture, en partenariat avec l’ONCI et le ciné-club Cinuvers. À l’annonce de la déprogrammation, il a été expliqué que cette annulation est due à un problème technique. À ce propos, une source proche de l’organisation, nous a indiqué que “le film avait réellement connu des soucis techniques, car le fichier blu-ray était défectueux”. Et d’ajouter : “Pour sa projection, tout était en règle, il a reçu un visa cultuel, mais à la dernière minute, nous avons appris qu’il ne fallait pas le projeter pour sa thématique, suite à une demande du ministère de la Culture”. Dans Les derniers hommes d’Alep, Firas Fayyad pose sa caméra face à Khaled, volontaire dans l’organisation Casques blancs qui portent secours aux civils assiégés, pris sous le feu des bombes larguées par le régime et son allié russe. “À chaque nouvelle frappe, ces hommes ordinaires, autrefois ouvriers ou étudiants, s'engouffrent dans des fourgonnettes, à bout de souffle, pour sécuriser les zones ravagées, extirper les corps ensevelis sous les décombres, ramasser les membres disloqués”, est-il mentionné dans le synopsis du documentaire. Suite à l’interdiction de projection, le réalisateur a publié, hier, sur son compte facebook : “J’étais heureux d’apprendre que mon film allait enfin passer dans un pays arabe. Mais, en apprenant qu’il a été interdit pour éviter un conflit diplomatique, cela m’a vraiment peiné !”. Tout en soulignant : “En tant que réalisateur, je voulais témoigner sur les crimes de guerre, et l’art est le meilleur moyen pour en parler. Mon film n’est pas un outil de propagande, mais une œuvre sur l’humain”. À rappeler que les très controversés Casques blancs se présentant comme une organisation à caractère humanitaire de défense civile syrienne, sont accusés de coopérer avec des groupes terroristes proches d’El-Qaïda. Selon Moscou et le gouvernement syrien, “les Casques blancs ont mis en scène, à plusieurs reprises des attaques chimiques pour les attribuer ensuite à Damas”, est-il rapporté par la presse internationale.

R. C.

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rubrique culturelle

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..