Tlemcen, Marathon spirituel de Chouaïb Aby-Madyan

Liberte; le Lundi 28 Decembre 2015
3

Pour commémorer le “sbou du mawled ennabaoui 1490”, un marathon de 42 km aura lieu samedi prochain à Tlemcen. Le départ sera donné à 5 heures du matin à Aïn Taqbâlet, lieu de la Qot’biya de Sidi Chouaïb Aby-Madyan. Les marcheurs venus de plusieurs wilayas rejoindront par la suite la station de Sidi Abdallah Ben Ali, sur les hauteurs du quartier El-Eubbad, lieu des premiers enseignements du saint patron de Tlemcen. L’historien Baghli Mohamed, ingénieur consultant, explique le sens de ce marathon : “Au moment où les écoles de la spiritualité dans le monde se penchent sur la pensée universelle dans les œuvres de Muhyeddine Ibn Arabi et dans les Mawakifs de l’émir Abdelkader, leur maître commun, Sidi Chouaïb Aby-Madyan, réapparait à partir du site où il avait laissé ses derniers messages à ses disciples à Aïn Taqbâlet, près de Tlemce.” Il ajoute “que depuis quelques années, de fidèles pèlerins se rendent sur les lieux de sa Qot’biya le vendredi qui suit chaque Mouloud, et la légende veut que Aby-Madyan rendit l’âme vers 15 heures d’un jour de l’an hégirien 594 sur les hauteurs du site d’Aïn Taqbâlet d’où il aperçut le village d’Al-Eubbad de Tlemcen, là où il avait commencé ses enseignements plus d’une trentaine d’années auparavant.” Le professeur Baghli s’interroge si “ce regard de Aby-Madyan, distant de trente kilomètres à vol d’oiseau, sera un jour restitué pour immortaliser ce rayon de lumière spirituelle entre ces deux prestigieux sites de la Méditerranée ?” précisant “que près de ce site, il a dû jeter aussi un regard sur les côtes andalouses par-delà le tapis bleu de la Méditerranée séparant les deux rives de l’Occident musulman.” Selon des historiographes, une immense procession s’organisa pour accompagner le défunt d’Aïn Taqbâlet vers Tlemcen El-Eubbad. Et le professeur Baghli de souligner que “Aïn Taqbâlet vit partir ce convoi, et très peu de sites dans le monde peuvent le décrire, huit siècles après, avec la même intensité et le même décor auquel il ne manque que les grandes figures que furent les élèves et les disciples de Sidi Chouaïb Aby-Madyan.” De Cantina, près de Séville en Espagne, où il naquit entre 1120 et 1130, le soufi Aby-Madyan (appelé communément Sidi Boumediène El-Ghouth) entreprit le voyage qui le rendit d’abord à Fès, où il termina un cycle d’enseignement, et entreprit d’ouvrir sa voie dans le chemin de Dieu en s’arrêtant à Tlemcen une première fois. Celui qui s’est voué totalement à la dévotion de Dieu et imposa sa “tariqua”, se retira ensuite avec ses compagnons auprès du mausolée de Sidi Abdallah Ben Ali, sur les hauteurs d’Al-Eubbad, pour assurer ses premiers enseignements. C’est là qu’il confia à ses disciples le soin de propager son enseignement prenant source dans le Coran et la recension de la tradition prophétique. Il repose à El-Eubbad, à proximité de la mosquée, depuis plusieurs siècles.

B. A

Categorie(s): ouest

Auteur(s): Abdelmadjid B

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..