Le choix de l’écrivain et militant Mohand Arkat

Tsa; le Jeudi 25 Juin 2015
36661 36662

Cette semaine, TSA a sollicité l’écrivain Mohand Arkat, auteur de plusieurs ouvrages didactiques dont deux romans en tamazight : « Tamaghra di taddart » (la fête au village, 2013) et  « Abrid n´tala » (Le chemin de la fontaine, 2009).
Le militant de la cause amazighe nous propose de découvrir son nouveau roman, le troisième dans cette langue et intitulé « Tiwizi » qui sera publié à la fin du mois d’août aux Éditions La Pensée.

« Le livre revient sur une des facettes de la solidarité entre Algériens, puisée du fin fond des traditions populaires de l’Algérie qui  se manifeste dans l’organisation familiale et tribale. Comme l’indique l’intitulé, il s’agit de la tradition ancestrale ‘tiwizi’ (touiza),  synonyme de ‘l’entraide’. Il nous fait revivre, replonger dans l’ambiance de cette manifestation au cœur de la région de la Kabylie.
À travers cet ouvrage, j’essaye de démontrer la portée de cette notion dans une société où tout repose sur la solidarité, un acte qui met en avant l’union, la fraternité, rejetant toute division, mépris de l’autre et l’exclusion, pour une justice sociale. En effet, c’est grâce à ce mode de vie basé sur des liens solides en mettant en commun les efforts des uns et des autres pour l’intérêt général, qui cimente les citoyens, que les populations ont pu affronter et dépasser les situations les plus complexes.
Aussi, « thadjmate » ou « La Djemaa » joue dans les villages kabyles un rôle fondamental dans la mobilisation des  gens sur la base de tiwizi. Un lieu important qui met en contact les sages du village avec la jeunesse pour assurer la continuité des us et coutumes des pratiques traditionnelles à travers le temps. Elle constitue une des formes de l’organisation sociale et économique héritée de nos ancêtres, ou se règle notamment les affaires du village.
Ce livre qui vise à sauvegarder ces traditions qui sont en voie de disparition est écrit dans un style simple, dans un mélange savamment orchestré de fiction et de réalité. Il permet également de faire connaître cette coutume à la jeunesse et leur inculquer l’esprit d’équipe comme faisaient nos parents. C’est en renouant avec ces valeurs qui appartiennent à tous, de manière à ce qu’elles reprennent leur place qui était sienne, que les liens qui lient les membres de la communauté se resserreront. Leur pérennisation maintient la force de la société ».

Categorie(s): magazine

Auteur(s): Nadjwa Khelil

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..