130 milliards de dollars pour achever les projets entamés : Quand le gouvernement dissimule les tares du système

Elwatan; le Mercredi 26 Mai 2010
49540

La décision prise, lundi, par le Conseil des ministres, de consacrer un budget de 130 milliards de dollars au parachèvement des grands projets donne a posteriori raison aux économistes qui avaient émis, il y a peu, de sérieux doutes quant à la capacité de l'Etat d'achever, dans les délais, les nombreux chantiers d'infrastructures économiques lancés ces dix dernières années en raison, notamment, de ses carences en matière de management.
Le manque de maturation des projets additionné à une très faible maîtrise des coûts par les pouvoirs publics et aux dégâts causés par la corruption ont, pour ainsi dire, transformé certains chantiers en véritables gouffres financiers. C'est le cas, entre autres, des projets de l'autoroute Est-Ouest et du métro d'Alger dont les montants sont passés du simple au double en l'espace de quelques années. L'autoroute Est-Ouest et le métro d'Alger ne sont pas des cas isolés, puisque le gros des chantiers inscrits au titre des deux premiers programmes de relance de la croissance économique accusent non seulement d'importants retards dans la réalisation, mais continuent également à engloutir d'importantes sommes d'argent.

Il n'est certainement pas faux de dire que l'importante rallonge que l'Etat se voit aujourd'hui contraint de débloquer pour achever les chantiers de vieux projets est la conséquence directe d'une gestion à la petite semaine. Ce constat alarmant avait d'ailleurs contraint, au mois de janvier dernier, le gouvernement à prendre, dans l'urgence, une série de mesures «pour accroître l'efficience de la dépense publique». C'est ainsi qu'il fut décidé, pour arrêter l'hémorragie, de déclarer ouvertement la guerre à la corruption et de lancer un guide de management des grands projets d'infrastructures économiques et sociales. Ce manuel, dont la conception a été confiée à la Caisse nationale d'équipement pour le développement (CNED), avait pour objectif prioritaire d'aider les maîtres d'ouvrage à mieux conduire les études de maturation et la réalisation des grands projets dont ils ont la charge.

Tout le monde l'aura compris, l'arrière-pensée à l'origine de l'élaboration de ce guide de management des grands projets d'infrastructures repose sur une certaine volonté de moraliser la vie publique. Autrement dit, tenter de couper les vivres aux innombrables réseaux de corruption qui continuent à se nourrir des nombreux chantiers publics. Même si elle n'en est qu'à ses débuts, l'enquête ouverte par les services de sécurité sur les conditions dans lesquelles s'est déroulé l'octroi du marché de l'autoroute Est-Ouest confirme, si besoin est, l'ampleur du phénomène de la corruption en Algérie. Sceptiques quant à l'efficacité d'une telle mesure, les observateurs avaient alors souligné la nécessité de mettre en place des mécanismes capables de garantir surtout la transparence dans la conduite des grands projets et d'offrir la possibilité aux parlementaires de demander des comptes à chaque fois que cela est nécessaire. «Cette idée de guide ne marchera pas, parce que tout simplement on ne forme plus de bons managers. C'est comme qui dirait essayer de soigner un cancer en phase terminale avec un cachet d'aspirine», avait déclaré un spécialiste en management des entreprises au lendemain de la décision du gouvernement.

Plutôt que de s'atteler à attaquer l'origine du mal, de dresser un bilan des programmes économiques passés ou de faire leur autocritique, les pouvoirs publics prouvent aujourd'hui qu'ils préfèrent dissimuler les tares du système. Comment ? Et bien tout simplement en injectant, à l'emporte-pièce, plusieurs centaines de milliards de dollars dans l'économie. C'est, d'ailleurs, l'une des raisons pour laquelle le pays n'arrive toujours pas à décoller, malgré le fait qu'il a bénéficié d'au moins l'équivalent de dix plans Marshall... soit de quoi sauver la Grèce, le Porturgal et l’Espagne réunis.

Categorie(s): dossier

Auteur(s): Zine Cherfaoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..