Aboubacar Demba Cissokho. Journaliste culturel à l’APS (Sénégal)

Elwatan; le Vendredi 30 Octobre 2015
98939


Aujourd’hui, les productions littéraires sont marquées par la résurgence de la question identitaire sous l’angle d’une prise en charge de l’histoire
L’engagement des écrivains africains dans leurs productions littéraires a pris, selon les périodes, les contours du contexte sociopolitique de leur époque.

Il y a quand même une constante : dans leur globalité, les littératures du continent sont marquées du sceau d’un engagement politique jamais démenti. Pendant la période coloniale, caractérisée par une domination politique de forces étrangères, nombre d’entre eux ont écrit pour réaffirmer l’existence d’identités culturelles bafouées par le colon – c’est l’époque de la négritude –, dénoncer le système et réclamer la fin du colonialisme et l’avènement de l’indépendance. Celle-ci acquise, les prises de position ont pris la forme de critiques, souvent acerbes, des régimes dirigés par les Africains eux-mêmes, parce que la désillusion était grande de ne pas voir les dirigeants de l’époque répondre avec satisfaction aux aspirations des peuples à la liberté et à l’égalité.

On peut ainsi noter la mise en lumière des problématiques liées à l’exil, l’émigration, la corruption, l’aliénation des élites plutôt corrompues et incapables de faire face aux défis liés à la souveraineté politique et économique. Aujourd’hui, les productions littéraires sont marquées par la prise en charge de sujets contemporains, dont le génocide rwandais, les années noires du terrorisme en Algérie, dans les années 1990, les questions de gouvernance politique et économique, la gangrène de la corruption, une résurgence de la question identitaire sous l’angle d’une prise en charge de l’histoire, entre autres.
 

Categorie(s): culture

Auteur(s): Faten Hayed

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..