Affaire de trafic de cocaïne importée du Mali : Réda Sika et des stewards, aujourd’hui, devant le tribunal criminel d’Alger

Elwatan; le Dimanche 1 Decembre 2013
1


Eclatée en octobre 2011 après l’arrestation d’un steward d’Air Algérie, Abdennour, en possession de cocaïne, alors qu’il rentrait de Bamako, cette affaire avait fait l’effet d’une bombe au sein de la compagnie qui assurait à l’époque deux vols hebdomadaires à destination du Mali. La marchandise était suivie, puisque les services de sécurité avaient été informés de l’existence d’un réseau international d’acheminement de cocaïne pure, de Bamako vers l’Espagne via l’Algérie. Pour les enquêteurs, Abdennour est le principal accusé, puisque, selon eux, il aurait «recruté» les autres mis en cause, dont le chanteur Réda Sika (lui-même steward), pour «constituer une organisation de trafic de drogue ayant des ramifications internationales».

En raison de leur statut, ces derniers, toujours selon l’enquête, auraient bénéficié de facilités déconcertantes au niveau des postes de contrôle douanier et policier de l’aéroport d’Alger, pour débarquer «la marchandise» dont une partie était destinée à un réseau algérois spécialisé dans le commerce de «la blanche», une drogue de plus en plus prisée, notamment par des clients aisés, souvent ayant des parents occupant de hauts postes de responsabilité au sein de l’Etat. D’ailleurs, lors de l’instruction, certains accusés avaient subi d’énormes pressions, par avocats et co-accusés interposés, pour revenir sur les noms qu’ils avaient cités lors de leur audition devant les officiers de la police judiciaire.

Deux ans après l’ouverture de cette enquête, les vingt-deux mis en cause seront jugés aujourd’hui par le tribunal criminel et les deux autres accusés en fuite par contumace. Très attendu, le procès intéresse non seulement les fans du chanteur Réda Sika, mais également le personnel de la compagnie de transport aérien Air Algérie, dont de nombreux collègues se trouvent parmi les accusés. A signaler que cette affaire avait été programmée en juin dernier, mais elle a été ajournée par le juge Omar Belkherchi, à l’actuelle session (criminelle), en raison de l’absence à la barre de deux accusés. Seront-ils présents aujourd’hui ? Rien n’est sûr…

Categorie(s): point zéro

Auteur(s): Salima Tlemçani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..