Al Qaïda appelle à des attentats à Paris : La France de Sarkozy dans la ligne de mire

Elwatan; le Dimanche 6 Janvier 2008
24487

La France est sur le qui-vive. Après les menaces contre les intérêts français dans le Maghreb, voilà que ce pays de la rive nord de la Méditerranée se trouve dans la ligne de mire d'Al Qaïda qui lance même un appel pour des attentats à Paris afin de «provoquer la chute du président français Nicolas Sarkozy».
Utilisant un site internet d’Al Qaïda, un internaute se faisant appeler Murabit Muwahed (signifiant militant de l'unicité), s'adresse à l'ex-GSPC pour cibler la France sur son sol. Un centre américain de surveillance des communications du réseau d'Oussama Ben Laden rapporte que l'appel concerne l'objectif de provoquer à la fois la chute de Nicolas Sarkozy et «l'effondrement de l'économie française». Le signataire de l'appel suggère que «les opérations» soient divisées en deux phases : «l'une matérielle et prenant pour cible les sites les plus populaires et les plus importants économiquement, et l'autre dirigée contre de prestigieuses personnalités parisiennes, en tête desquelles le maire de Paris», rapporte le site Intelligence Group repris par l'AFP. L'internaute en question ira jusqu'à citer des sites susceptibles de constituer des cibles «d'une importance stratégique», à l'image de la Tour Eiffel, l'Arc de Triomphe, le musée du Louvre ou encore les aéroports d'Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle. Pourquoi cet acharnement sur la France ? Le signataire de l'appel souligne que «les attentats sont destinés à juguler et à faire taire Sarkozy, et mettre fin à son avidité au Maghreb islamique». Et en droite ligne de la menace émise par le numéro deux d'Al Qaïda, Aymen El Dhaouahiri, le communiqué de Murabit Muwahid précise que les attentats préconisés serviront «de leçon aux pays voisins en Europe, notamment l'Allemagne et tous ceux qui participent à la guerre en terre d'Islam». Plus que jamais la politique franchement proaméricaine de Sarkozy est décriée et semble provoquer l'ire de l'organisation terroriste, qui voit dans ce positionnement en faveur de l'expansionnisme américain et d'Israël comme une preuve de «complicité». Si la France n'a pas de forces armées en Irak, il reste que la récente visite de Sarkozy en Afghanistan rappelle son engagement dans cette autre guerre en terre d'Islam, ce qui ne laisse pas sans réaction la nébuleuse terroriste. Baptisé «El Ekhlass» et souvent exploité par Al Qaïda, le site utilisé pour diffuser cette menace sert d'ailleurs de porte-voix aux groupes islamistes radicaux d'Irak, de Somalie et d'Afghanistan. Si cette menace s'avère fondée, le risque d'attentats en France sera relevé à ses plus hauts niveaux. Il est connu que les risques d'attentats sur le sol français ne datent pas d'aujourd'hui, puisque le GSPC menace depuis cinq ans de s'attaquer à la France, mais ce risque se trouve exacerbé après cet appel lancé juste après que des intérêts français aient été touchés sur le sol d'un pays maghrébin. Cette nouvelle menace du GSPC ne peut être prise à la légère par la France, notamment après les deux attentats perpétrés en Mauritanie, dont l'un avait pris pour cible quatre touristes français et le second ayant été suivi de menaces d'enlèvement de ressortissants européens sur le parcours du rallye raid-Dakar. Jugées sérieuses, ces menaces ont même provoqué, pour la première fois depuis sa création en 1978, l’annulation du rallye. Ces derniers mois ont été marqués par d'importants coups de filet opérés sur le sol français et menant à l'arrestation de membres affiliés au GSPC, qui semble avoir une importante base de soutien logistique de l'autre côté de la Méditerranée.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Nadjia Bouaricha

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..