Andy Backy. expert britannique de l’ICps : «La construction de prison ne règlera pas le problème »

Elwatan; le Jeudi 19 Mars 2009
1

«La construction de nouveaux établissements pénitentiaires n'est pas la solution appropriée pour le règlement du problème de la surpopulation incarcérale.L'idéal, par contre, est de recourir à des peines alternatives», a plaidé hier Andy Backy, expert britannique du Centre international des études pénitentiaires (ICPS) lors d'une conférence de presse animée, hier, au siège de la direction nationale des établissements pénitentiaires.
M. Andy cite, à cet effet, l'approche adoptée aux Etats-Unis, ainsi qu'en Europe et en Asie pour soulager les prisons. Celle-ci consiste en la libération des détenus provisoires après le paiement d'une caution, tout en prenant en considération, bien sûr, le niveau de gravité de leur acte. De l'avis de cet expert, il n'existe pas de système parfait de gestion des établissements pénitentiaires, d'autant que chaque pays à ses spécificités, mais le plus important est le respect de la dignité du détenu et des normes internationales en la matière. Fort de son expérience de 40 ans en gestion d’établissements pénitentiaires, M. Andy et un autre expert travaillant dans le même organisme séjournent, depuis le 7 mars dernier, en Algérie. Cette deuxième visite après celle de 2007 a pour objectif de prodiguer une formation et encadrer les cadres algériens relevant des établissements pénitentiaires chargés du développement du projet de gestion des prisons. «Nous avons ratissé large pour avoir une idée précise sur les conditions de détention. Nous avons établi un constat positif quant à la prise en charge des détenus en matière de nourriture et de soins. Nous n’avons pas enregistré de cas de maltraitance ou de torture. Le seul problème qui se pose, et ceci n'est pas propre à l'Algérie, est la surcharge», a souligné l'orateur.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Nabila Amir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..