Après un léger recul dû à la décision de l'Opep de maintenir le statu quo : Les prix du pétrole se stabilisent

Elwatan; le Mardi 17 Mars 2009
1

Les prix du pétrole ont semblé se stabiliser, hier en fin de journée, après avoir perdu environ deux dollars à l'ouverture du marché par rapport à la clôture de vendredi.
La décision prise par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dimanche à Vienne, de maintenir son plafond de production inchangé alors que le marché exceptait déjà depuis plusieurs jours une nouvelle réduction après la baisse des 4,2 millions de barils par jour, que l'Organisation avait avalisé à la fin de l'année passée, a fait reculer les prix à l'ouverture lundi matin.
A New York, le light sweet crude avait ouvert hier à 44,75 dollars le baril, soit en baisse de 1,50 dollar. Le brent avait ouvert hier à 43,52 dollars le baril, soit en baisse de 1,41 dollar. Mais vers 17h GMT, le light sweet crude à New York était à 47,25 dollars le baril, soit en hausse de un dollar par rapport à son cours de clôture de vendredi. Tandis que le brent était à environ 44 dollars le baril dans l'après-midi à moins de 87 cents de son cours de clôture de vendredi. Lors de la réunion de dimanche à Vienne, l'Opep a semblé plus miser sur la discipline de ses membres.

En effet, quand on analyse le niveau de production pour le mois de février consigné dans les statistiques du secrétariat général de l'Organisation, on constate que l'effort dans la réduction reste inégal. Certains pays membres de l'Organisation n'ont même pas atteint les 50% dans leur effort de réduction. Ce manque de discipline peur créer des problèmes et remettre en cause les objectifs de stabilisation du marché. A la fin du mois de février, il restait encore 800 000 barils par jour à enlever du marché, selon les statistiques. Et le débat autour d'une nouvelle réduction qui était attendue par le marché a dû être bloqué par cette situation. Toutefois, l'Opep garde encore une marge de manœuvre pour intervenir au mois de mai en misant sur le fait que les différents pays en retard dans la mise en œuvre de la réduction se disciplinent.

A ce propos, lors d'une déclaration faite à la presse hier à Vienne, le secrétaire général de l'Opep, Abdallah El Badri, a indiqué que «le respect à 80% des quotas est très bon, mais nous devons être plus stricts. Nous avons encore 800 000 barils par jour à retirer du marché».
Lors de la réunion de dimanche, les pays qui ont nettement appliqué la réduction ont pu exiger des autres une plus grande discipline, afin d'équilibrer l'effort avant de discuter d'une nouvelle réduction. Si l'effort de réduction est poursuivi par les pays de l'Opep, les prix pourraient encore se stabiliser. La réunion du G20, le 2 avril à Londres est un autre événement important qui peut avoir des effets sur le marché pétrolier.

Lors de la réunion extraordinaire que l'Opep a programmée pour le 28 mai prochain, la situation sera plus claire pour envisager de nouvelles mesures. Le ministre saoudien du Pétrole a déclaré hier qu'un prix de 40 dollars le baril n'était pas suffisant pour assurer les investissements et que le prix idéal se situait entre 60 et 75 dollars le baril.

Categorie(s): economie

Auteur(s): Liès Sahar

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..