Batna : Le mouvement citoyen fustige le choix de Bouteflika

Elwatan; le Jeudi 19 Mars 2009
1

Ulac smah ulac, ulac lvot ulac, le combat continue». Les slogans du mouvement citoyen des Aurès s'invitent à la campagne électorale. On l'aura deviné, l'entame de la campagne électorale du candidat Abdelaziz Bouteflika depuis Batna, capitale des Aurès, n'est pas du goût du mouvement citoyen qui rejette les élections du 9 avril dans le fond et dans la forme.
«Depuis 1962, le système n'a pas changé de comportement, répressif et totalitaire, et n'a créé aucune amélioration sur les plans, politique, économique, social et culturel», lit-on dans le document parvenu hier à notre rédaction. Le constat est sévère au point de comparer la politique envers le pays chaoui à celle pratiquée par la France durant le colonialisme.
Le document constate l'effet de la politique régionaliste sur le partage du pouvoir. Au moment où l’on assiste au lancement de la campagne électorale, les clients du pouvoir, issus de la région des Aurès, sont absents, selon les rédacteurs de l'appel. Ils ont été écartés des premières loges dans les rangs militaires et civils et n'ont plus accès aux postes de décision. Entre-temps, les Aurès vivent en marge des efforts de développement, affirment les signataires de l'appel. Pis, la région est soumise à la vindicte et à l'humiliation sans la moindre réaction, lit-on plus loin. Le document rappelle les deux fois où le Président lui-même a utilisé des propos insultants, comme «chiattine» et «melhoufin al makroud», illustrant «l'animosité des hauts responsables de l'Etat envers tout ce qui représente l'amazighité et l'histoire des Algériens».

D'ailleurs, le choix de Batna n'est pas fortuit. C'est un affront bien calculé, qui, profitant du silence de la population chaouie devant les insultes, vise à soumettre définitivement une région pour en faire un exemple d'obéissance et de servilité, ajoutent les signataires. Dans un autre paragraphe, l'appel tente d'attirer l'attention des électeurs potentiels sur les sous-traitants qui œuvrent pour la mobilisation des Chaouis pour assumer l'acte de vote et choisir le candidat Bouteflika : «Ceux qui prétendent vous représenter ne sont que des marionnettes aux mains du pouvoir central et leur seul souci est de préserver les miettes de privilèges au détriment de l'honneur et la dignité du peuple qui souffre toujours de la misère.» En conclusion, les animateurs du mouvement citoyen des Aurès invitent les Algériens à ne pas prendre part à ces élections qui, selon eux, ne feront que perpétuer le pouvoir en place : «Le rejet de ces élections qui ne concernent pas le pays chaoui ni de près ni de loin signifie un rejet du groupe d'Oujda, qui a violé la légitimité démocratique au lendemain de l'Indépendance et un rejet du système totalitaire et policier agissant sous la cape de l'islamo-baâthisme.» Le candidat Bouteflika entame sa campagne électorale aujourd'hui à partir de Batna et un dispositif sécuritaire très impressionnant y est déployé depuis plusieurs jours.


Categorie(s): actualité

Auteur(s): Nouri Nesrouche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..