Béchar : Les écoliers bravent le froid

Elwatan; le Dimanche 6 Janvier 2008
1

Les enfants scolarisés du cycle primaire sont doublement pénalisés. D’abord sur le plan de l’horaire matinal où ils sont obligés de se réveiller à 7 heures du matin pour rejoindre, dans le noir et le froid glacial de l’hiver, leurs établissements scolaires à 8 heures.
L’horaire officiel en décalage par rapport au temps universel aggrave, en saison d’hiver, la situation de ces enfants, selon les avis partagés des enseignants. Le plus grave, indique un directeur d’une école, visitée, c’est que les 60 écoles du cycle primaire fréquentées par plus de 20 000 élèves de la commune, bien que se trouvant dans de bonnes conditions d’accueil, ne sont pas toutes équipées d’appareils de chauffage ou sont pour la plupart défectueux. Ainsi, ces élèves sont confrontés à l’intérieur des classes au froid rigoureux d’un hiver exceptionnel cette année, qui sévit dans la région depuis le mois de décembre. Le directeur de cet établissement indique que la gestion et la maintenance des poêles à mazout pour les écoles qui en sont dotées relève des attributions de la commune. Mais compte tenu de l’ampleur des charges dévolues à la collectivité locale, celle-ci n’a pas désigné une équipe permanente pour leur entretien et leur mise en marche. Pourtant, ajoute le responsable de cette école, le gaz de ville passe à dix mètres de son établissement et depuis deux ans des promesses ont été faites pour l’inscription d’une opération de branchement au gaz de ville pour toutes les écoles, mais en vain. Devant cette situation, des voix s’élèvent pour demander à ce que les écoles du cycle primaire soient soustraites de la tutelle de la commune pour confier leur gestion directe à la direction de l’Education, à l’instar des établissements du moyen et du secondaire. La raison invoquée, indique-t-on, est que l’administration communale est inondée de tâches qui la rendent inapte à se préoccuper du fonctionnement quotidien des appareils de chauffage des écoles primaires. En attendant que la solution idéale préconisée soit retenue et qui est celle de l’alimentation en gaz de ville des 60 écoles, les enfants scolarisés continuent à braver le froid extrêmement rude du mois de janvier.

Categorie(s): actu régions

Auteur(s): M. Nadjah

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..