Bombardement contre Adjdabia : L’Alliance atlantique s’en lave les mains

Elwatan; le Dimanche 10 Avril 2011
1


«Nous pouvons confirmer qu’il n’y a pas eu de frappes de l’OTAN dans la ville d’Ajdabiya», a dit à l’AFP un responsable de l’OTAN sous couvert de l’anonymat. «Nous continuons à attaquer des forces gouvernementales à travers le pays. Nous avons vérifié que la frappe aérienne supposée à Ajdabiya n’était pas le résultat (d’une opération) de l’OTAN», a ajouté ce responsable. La zone située entre les villes d’Ajdabiya et de Brega, dans l’est de la  Libye, est depuis plus d’une semaine le théâtre de combats acharnés entre les forces loyales au colonel El Gueddafi et l’insurrection.

Un correspondant de l’AFP se trouvant dans les faubourgs d’Ajdabiya a rapporté qu’une très forte explosion avait secoué la ville dans l’après-midi et des habitants ont déclaré qu’elle était sans doute consécutive à une frappe aérienne de l’OTAN. Un immense panache de fumée s’élevait au-dessus de la ville. Par ailleurs, l’OTAN s’efforçait de vérifier des informations selon lesquelles un hélicoptère portant les couleurs de l’insurrection avait volé hier dans le secteur de la ligne de front autour d’Ajdabiya, en violation de la zone d’exclusion aérienne instaurée par la coalition internationale depuis le 19 mars. «Nous sommes toujours en train de chercher à établir s’il y a eu une violation de la zone d’exclusion aérienne», a déclaré le responsable de l’OTAN. Des journalistes de l’AFP ont vu un hélicoptère militaire arborant les couleurs du drapeau des rebelles, volant à très basse altitude en direction du front. Le responsable de l’OTAN a expliqué que si un aéronef viole la zone d’exclusion, des avions de surveillance de l’OTAN envoient un message ordonnant au pilote d’atterrir immédiatement.


Si l’aéronef continue à voler, des chasseurs décollent pour l’intercepter et peuvent l’abattre si le pilote refuse d’atterrir. Un hélicoptère peut décoller et se poser plus rapidement qu’un avion, ce qui rend son interception plus difficile, a souligné le responsable. L’OTAN agit en Libye sous un mandat de l’ONU qui l’autorise à effectuer des frappes aériennes contre des forces terrestres menaçant la population civile et à faire respecter la zone d’exclusion aérienne.

Categorie(s): l'événement

Auteur(s): Rédaction internationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..