Boudjellil : Le CW 42 A ou la route de la «fortune»

Elwatan; le Samedi 14 Mars 2009
1

Ils sont des centaines de camions à bennes à emprunter au quotidien le CW 42A à Boudjellil. La majorité d’entre eux transporte du sable. Ils alimentent les chantiers d’un tronçon de l’autoroute est-ouest se trouvant dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj.

Une société chinoise des travaux publics a installé son QG aux Bibans pour suivre et réaliser ce projet. Celui-ci est vu comme une aubaine par ces transporteurs. Ils font un trajet d’environ 80 km, aller-retour, et de multiples «voyages» par jour. «J’en suis à mon cinquième voyage», nous dit un jeune homme d’à peine 23 ans. «Je suis payé 10 000 DA la remorque du sable par les chinois» fait-il savoir fièrement.
Bon nombre de ces routiers disent avoir changé de métier pour opter pour le transport de matériaux de construction. Un créneau qui, apparemment, fait recette.
Le CW42A est perçu par ces conducteurs comme un excellent raccourci. Car passer par la RN5, déboucher sur la RN26 pour arriver aux sablières d’Allaghane, prend beaucoup de temps. C’est pour cela qu’ils optent pour ce chemin, très dégradé pourtant, au risque d’user davantage leurs engins. Les sablières et les carrières d’agrégats mettent, parallèlement, les bouchées doubles afin de satisfaire leurs clients de plus en plus nombreux. Les transporteurs de carburants ne sont pas en reste. Des dizaines de camions-citernes passent aussi par ce chemin en transportant des produits inflammables (essence, mazout). Là aussi, les conversions en transporteurs sont légion. «J’étais vendeur de produits électroniques et électroménagers, nous dit un quinquagénaire. J’ai travaillé pendant onze ans puis j’ai dû me résigner à faire le transport de carburant, cela rapporte mieux». Il dit qu’il fait le trajet Bordj Bou Arreridj-Béjaïa pour le compte de Naftal. «J’ai même acheté à mon fils une Toyota double cabines pour l’extirper du commerce. Il travaille avec les Chinois et touche 110 000 DA par mois. Le transport, c’est beaucoup mieux que le commerce» finit-il par déduire et corroborer, par-là même, l'engouement pour le transport des produits en tout genre que convoitent beaucoup de citoyens.

Categorie(s): bejaia

Auteur(s): A. Y.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..