Bouira: Les enseignants du lycée de Haizer protestent

Elwatan; le Mardi 21 Fevrier 2012
1


Les protestataires affirment qu’ils se sont rendus compte que leurs salaires ont été injustement « greffés », sans qu’ils soient au courant. Cette sanction, selon les enseignants, a été appliquée en représailles à leur encontre suite à un mouvement de protestation de trois jours qu’ils ont mené en mois de janvier pour dénoncer l’état de la route menant à leur établissement. Les ponctions ont dépassé les 7000 DA.

« Nous protestons aujourd’hui parce que la direction de l’éducation a décidé, sans aviser personne, de nous faire des retraits sur salaire. Nous maintenons le mouvement dans l’espoir que les responsables du secteur se déplacent à notre lycée pour nous expliquer pourquoi cette sanction et nous exigeons qu’ils nous rendent notre argent», soutient un groupe d’enseignants rencontré sur les lieux.

Les professeurs comptent poursuivre leur mouvement si la direction de l’éducation ne réglera pas ce problème. « Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout. Le mouvement de protestation sera maintenu, un mois s’il le faut, jusqu’à ce que la DE nous rétablisse dans nos droits », menacent-ils.     

« Le directeur de la DE, non seulement il vient pour nous donner des justifications, mais aussi afin qu’il constate de visu les conditions dans lesquelles nous travaillons », dit une enseignante. Les protestataires soulignent que le proviseur leur a affirmé qu’il n’avait pas envoyé le courrier à la DE, lors de la dernière protestation, pour qu’il ait ponction.

D’après eux, ce dernier n’aurait fait que signaler la protestation. D’aucuns pensent qu’il y avait une volonté de nuire. Car le courrier envoyé par le proviseur aurait été détourné au niveau de l’académie de Bouira et réorienté vers le service de paie pour qu’il ait retrait sur salaire.

L’histoire de cette route dégradée ne date pas d’aujourd’hui. L’on affirme que ce problème n’a que trop duré et qu’il a été soulevé à plusieurs reprises. Les autorités locales n’ont pas jugé utile de prendre en charge le bitumage de cette route.

D’où cette action de protestation. « Tout a commencé avec le problème de la route menant au lycée qui est impraticable. En temps d’intempéries, les choses se corsent davantage. On avait réclamé à maintes reprises et depuis près de six ans à ce que la route soit refaite, en vain. Que des promesses non tenues de la part du chef de daïra », affirme M.Belkacem.



 
 

Categorie(s): bouira

Auteur(s): Ali Cherarak

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..